Un message de l’ancien président Barack Obama

Raffi,

Nous vivons une pandémie qui met à rude épreuve nos familles, nos collectivités et notre système de soins de santé – en particulier les professionnels de la santé qui mettent leur vie en jeu chaque jour pour sauver des vies et faire avancer notre pays. Nous leur devons, ainsi qu'à tous ceux qui sont aux premières lignes de cette pandémie, une profonde dette de gratitude. Plus que jamais, nous sommes tous dans le même bateau.

Cette crise met également à nu de nombreuses vérités sur notre économie et notre société. L'un d'eux est à quel point l'assurance maladie est critique pour chaque famille. Il y a dix ans ce mois-ci, j'ai signé la loi sur les soins abordables. Et grâce au travail acharné de personnes comme vous qui se sont battues pour l'adopter et le mettre en œuvre, nous avons vu d'énormes progrès au cours de la décennie depuis – comme fournir l'accès à des soins de santé de qualité et abordables à 20 millions de personnes et protéger 135 millions d'Américains avec des préexistants conditions.

Ensemble, nous avons changé la vie de millions de personnes. Nous avons sauvé des vies. Parce que nous nous sommes battus pour quelque chose en quoi nous croyions. C'est un témoignage de la puissance de l'organisation populaire.

Mais en ce moment – juste au moment où les gens ont le plus besoin de soins de santé – trop de politiciens essaient toujours de démanteler la Loi sur les soins abordables, de mettre des millions de dollars hors de leur assurance et de mettre fin aux protections contre les conditions préexistantes.

Et dans certains des États les plus malmenés du pays, il y a des gouverneurs et des législateurs qui continuent de rejeter l'expansion de Medicaid, ignorant la volonté de leurs propres électeurs et mettant leurs communautés plus à risque dans cette pandémie.

Nous ne pouvons pas nous permettre encore 10 ans d'obstruction et de douleur alimentées par le gerrymandering (charcutage électoral). C'est pourquoi All On The Line (tous en ligne) vise à donner aux gens les moyens de se battre pour des cartes équitables – car en ce moment, notre accès aux soins de santé est en jeu.

Barack Obama




Le Sénat US enterre définitivement le projet de réformer l’Obamacare : 20 millions d’Américains assurés grâce à cette loi, respirent

La réforme de l'assurance-maladie US promise par Donald Trump est enterrée définitivement .

John McCain & 2 autres sénateurs républicains, ont joint leurs voix aux démocrates pour voter contre un texte d'abrogation partielle de la loi sur l'assurance maladie l'«Obamacare».

Le président Trump n'a pas réussi à fédérer l'ensemble des républicains sur l'une des promesses phares de sa campagne: l'abrogation de la loi sur l'assurance maladie mise en place par Barack Obama. Dans la nuit de jeudi à vendredi, le Sénat US a rejeté l'abrogation partielle de l'Obamacare.

Les républicains sont pourtant majoritaires à la chambre haute du Congrès. Mais trois sénateurs républicains – John McCain, Susan Collins et Lisa Murkowski – ont joint leurs voix à ceux des démocrates pour voter vers 01h30 du matin contre ce texte d'«abrogation a minima», rejeté par 51 voix contre 49.

Le document de huit pages était pourtant un compromis, les sénateurs ayant déjà rejeté une abrogation pure et simple . 

Les 20 millions d'assurés, grâce à l'Obamacare, ont eu chaud.

 




Et 20 millions d’Américains poussèrent un ouf de soulagement…

Vendredi 24 mars, Donald Trump a retiré le texte qui aurait remplacé l’Obamacare, la réforme de l'assurance-maladie de Barack Obama.

Il l'a fait à la demande du président républicain de la Chambre des représentants (The House), Paul Ryan qui n'avait pas les 216

voix nécessaires pour porter le texte jusqu’au Sénat.

20 millions d'Américains qui risquaient de perdre leur couverture santé ont poussé un soupir de soulagement.

La presse américaine a été unanime 

La tentative d'abrogation de l’Obamacare « .. Elle s’est révélée être une preuve d’incompétence », attaque un éditorial du New York Times . Cet échec « pourrait bien affecter le reste [du] programme [présidentiel] – des réductions d’impôt pour les riches, la modification de la structure fiscale des entreprises et les nouvelles dépenses d’infrastructure ».

Cette « débâcle montre au président Trump et à Paul Ryan (…) qu’ils ne peuvent pas compter sur une majorité républicaine de manière automatique, surtout lorsqu’ils présentent une mesure destructrice et incohérente – ce qui s’est à peu près passé dans ce cas ». « Malgré leurs attaques incessantes contre [l’Obamacare] depuis que M. Obama l’a signée en mars 2010, M. Trump, M. Ryan et leurs collègues n’ont jamais eu de plan viable qui pourrait obtenir l’appui d’une majorité au Congrès. »

Le magazine Time titre  « humiliation » pour le président Trump et le Parti républicain, et résultat « d’une bataille en coulisse entre modérés et conservateurs » qui « a mis à nu les profondes divisions au sein des républicains ».

« Pour Paul Ryan, qui a fait de l’abrogation de l’Obamacare sa priorité absolue, c’est l’échec de son leadership. Pour Trump, c’est un moment encore plus désespérant. Il a construit son identité politique autour de sa capacité à négocier et la défaite de ce qui constituait sa priorité législative jette le doute sur l’ensemble de son programme ».

Mais Time concède toutefois une chose au président des Etats-Unis : il n’a pas manqué de « volontarisme ». Le journal rappelle ainsi que « Trump a personnellement invité les membres [du parti] à la Maison Blanche, a fait des concessions et utilisé toutes les tactiques de négociation qu’il a énoncées dans son livre “L’art de la négociation” ».

Au Wall Street Journal, « Le président Donald Trump a perdu sa première grande bataille législative en grande partie en raison d’une cabale de législateurs conservateurs ».

Politico, pense que cet échec « a soulevé de nouveaux doutes sur la capacité du président “outsider” à gérer un Congrès républicain cacophonique pour remplir ses grandes promesses de campagne – et il n’y a pas eu de plus grande promesse de Trump et ses collègues républicains que l’abrogation et le remplacement de la loi signature de Barack Obama ».

Le Washington Post est plus positif« M. Trump pourrait utiliser son pouvoir pour étayer et améliorer » l’Obamacare, « encourager les gens à s’inscrire ». Car l’« abroger sans le remplacer serait une catastrophe pour le secteur de la santé ».

Le Los Angeles Time pense que Trump n'avait pas vraiment de plan et qu'il veut que les démocrates et républicains s'unissent pour améliorer l'Obamacare.

Les démocrates se méfient cependant et redoutent maintenant un coup tordu des républicains .

 

 




Vladimir Poutine est la personnalite la plus puissante au monde

La personnalité la plus puissante du monde pour la quatrième année consécutive, le président russe a augmenté l'influence de son pays dans presque tous les coins du monde », lit-on sur le site du magazine Forbes.images

 

 

​Vladimir Poutine est suivi par le président-elu américain Donald Trump et la chancelière allemande Angela Merkel, qui recule d'une place.

Viennent ensuite le dirigeant chinois Xi Jinping et le Pape François. Vladimir Poutine  est aussi nommé personnalité de l’année par l’AFP.
L'encore  président sortant américain Barack Obama a chuté du 3e au 48e rang en un an.
Le seul Français du classement est le président François Hollande qui occupe la 23e place, qui devance d'une place Rex Tillerson (24eme), patron du groupe pétrolier américain Exxon, que le président Trump veut nommer secretaire d'Etat .
 
source : site du magazine Forbes, AFP

 

 

 




Les USA vont verser 1 milliard 700 millions de $ à l’Iran

iranLes USA avaient bloqué 400 millions de dollars qui appartenaient à l'Iran . Il s'agissait d'un fonds qui était aux USA pour payer du matériel militaire qui était acheté aux Américains.

Ces 400 millions de dollars ont généré 1 milliard 300 millions d'intérêts depuis 1981, date où les choses se sont gâtées entre l'Amérique et l'Iran.

Les Etats-Unis et l'Iran ont réglé, dimanche, à La Haye ce vieux contentieux.

L' accord qui va permettre à Téhéran de récupérer 1 milliard et 700 millions de dollars.

Ce déblocage intervient à la suite de la levée des sanctions internationales, qui étaient imposées à l'Iran à cause du programme nucléaire iranien ,et aussi d'un échange de prisonniers entre les Etats-Unis et l'Iran.
 

source : département d'Etat américain




« Il est revenu le temps… » de Poutine sur la scène internationale

RusseLe président  russe Vladimir Poutine a commencé , au siège de l'ONU, à New York, en se présentant comme l'ultime recours contre le groupe terroriste Etat islamique(EI)  .Excellent stratège , intelligent et pertinent, il a pris l'avantage sur le président Barack Obama .

Derrière la Russie , l'Iran du président Rohani est largement en accord avec la position russe.

Le gouvernement français et son ministre des Affaires étrangères persistent dans leur position ,: pas question de parler avec le président syrien Bachar Al Saad, alors que la position des dirigeants occidentaux a largement évolué.

Entretemps la Russie a annoncé , que l'espace aérien russe serait interdit aux avions ukrainiens à partir du 25 Octobre , ceci pour répondre à l'interdiction faite par l'Ukraine à deux compagnies aériennes russes dont la compagnie Aeroflot de survoler l'Ukraine.

source : agence officielle Tass

photo : la flotte russe à Tartous en Syrie

L'installation navale russe à Tartous accueille quatre bâtiments de taille moyenne quand ses deux quais flottants de 100 mètres de long, situés à l'intérieur du brise-lames nord sont opérationnels. Elle ne peut accueillir les grands bâtiments de la Flotte maritime militaire de Russie comme les frégates de la classe Neustrachimy de 129 mètres de long, les destroyers de la classe Oudaloï (163 mètres), les croiseurs de la classe Slava (186,4 mètres), ceux de la classe Kirov (252 mètres) et les portes-avions de la classe amiral Kouznetsov (305 mètres).

source : wikipedia

 

 

 



Les présidents Poutine et Obama vont se rencontrer lundi à New York

2Les présidents Vladimir Poutine et Barack Obama vont se rencontrer à New York, où les deux chefs d'Etat vont donner un discours devant l'Assemblée générale annuelle de l'ONU. La Russie principale alliée du gouvernement  de Damas, est accusée par les USA de renforcer sa présence militaire en Syrie.

Mais rejeter le dialogue avec Moscou serait "irresponsable" alors que  la situation en Ukraine est toujours préoccupante et que celle en Syrie est catastrophique, a reconnu un responsable américain. 

Le responsable du gouvernement américain a confirmé la rencontre  entre les deux présidents , annoncée d'abord par le Kremlin .

Il a précisé que la rencontre des deux dirigeants  avait été organisée à la demande du président Vladimir Poutine.

sources : porte parole du Kremlin

 




Pour la Fête nationale US du 4 Juillet , le président Poutine félicite le président Obama

Poutine Le président russe, Vladimir Poutine, a adressé à l'occasion de la Fête nationale des Etats-Unis , un message de félicitations à son homologue américain Barack Obama .

 Il a appelé au dialogue avec les Etats-Unis, sur un pied d'égalité et sur une base du respect mutuel .

Dans son message , le président russe a noté que , malgré des divergences entre les deux Etats, les relations russo-américaines sont le facteur le plus important pour la stabilité et la sécurité internationales .

En revanche aucune mention des sanctions occidentales imposées à Moscou en raison de son rôle dans le conflit ukrainien et de le retour  de la Crimée au sein de la Russie en mars 2014

source : communiqué du Kremlin

 




Nat Silver est le roi du Big Data : voila ce que ça veut dire

imagesF6MR4M2N

Description de cette image, également commentée ci-après

 

 

Nathaniel Read (dit Nate) Silver, est né en 1978 dans le Michigan aux USA.

C' est un statisticien, sabermétricien  spécialisé dans les calculs statistiques des résultats de la Ligue majeure de baseball et des élections. Il a fondé le site FiveThirtyEight.

Silver a d'abord développé PECOTA pour prévoir les résultats et les possibles évolutions de carrière des joueurs de la Ligue majeure de baseball.

Il revend ,mais continue à diriger le système , à la société Baseball Prospectus

Il publie des analyses et des prévisions sur les élections US & crée son propre site web, FiveThirtyEight.com .

Il prédit correctement le vainqueur dans 49 des 50 États & les résultats des 35 élections sénatoriales de cette année-là.

En avril 2009, il est désigné comme une des cent personnes les plus influentes dans le monde .

En 2012 ,entre Barack Obama et Mitt Romney, Silver prédit précisément les résultats des 50 États américains et du district de Columbia. Les prédictions de Silver sur les élections sénatoriales américaines  sont correctes dans 31 des 33 États .

Mais aux USA, Nate Silver a accès à une somme de données qui sont interdites d'utilisation en France par la Cnil. En attendant il est le roi du Big Data et il est revenu au sport où il fait beaucoup d'argent.

source : New York Time, Pecota ,Baseball Prospectus, wikipedia




Discours consensuel du président Obama dans son rapport sur « l’état de l’Union »

Barack Obama

Dans son discours devant les 2 chambres,  le président Obama , s'est voulu consensuel : il a dénoncé la montée de l'antisémitisme, tous les terrorismes à commencer à¨Paris & au Pakistan.

Il s'est dit convaincu que les Etats-Unis allaient remporter la lutte contre l'Etat islamique.

Enfin il a salué la bonne économie des USA et les entreprise américaines performantes .

De leur côté les chefs d'entreprise voient un espoir dans la croissance américaine, et non plus en la Chine.

Barack Obama a détaillé des propositions politiques pour ses deux dernières années de mandat, face  à un Congrès majoritairement républicain; le président a dit ses projets contre les inégalités :

  • simplification de l'accès à la propriété,

  • hausse du salaire minimum,

  • développement des congés maternité et  maladie,

  • gratuité sous certaines conditions des « community colleges » ( formations universitaires courtes).

Même si ces projets se heurtent à un Congrès majoritairement républicain, le Président a l'arme du véto contre les projets de lois républicains qui arriveraient sur le bureau ovale et sa cote de popularité est à la hausse dans les sondages.

sources : tv américaines




El commandante Che Gueverra va se retourner dans sa tombe : les USA & Cuba réconciliés!

Le président Barack Obama téléphone au président cubain Raul Castro . Image de la Maison Blanche .

HISTORIQUE !

Les USA vont rouvrir une ambassade à La Havane.

Dans les six  mois, le secrétaire d'Etat américain, John Kerry, va revoir le terme de "soutien au terrorisme" attribué à  Cuba. Des contacts à haut niveau se feront entre de hauts responsables américains et cubains sur  l'immigration, la lutte contre le trafic de drogue, la protection de l'environnement et le trafic d'êtres humains. 
Les USA vont assouplir l'autorisation d'entrée à Cuba pour les Américains. La levée totale des restrictions aux voyages sera décidée par le Congrès.
 Le commerce avec les entreprises privées cubaines sera autorisé pour les  matériaux de construction ainsi que  ceux des équipements industriels et des équipements agricoles pour les petites exploitations. Là encore l'embargo général sur le commerce avec Cuba ne peut être levé que par le Congrès.
Les banques américaines vont ouvrir des comptes de correspondant (comptes vostro) dans des banques cubaines. Les Américains se rendant à Cuba pourront utiliser des cartes de paiements américaines.  Les comptes bancaires US de Cubains ne vivant plus à Cuba seront débloqués.

Les Américains pourront envoyer 2.000 dollars (1.610 euros) par trimestre à des Cubains ou des organisations humanitaires Les exportations US d'équipements de télécommunications vont être autorisées. Les opérateurs  pourront fournir des services commerciaux internet et téléphone à Cuba.

sources : twitter de la Maison Blanche, Reuter

 




1500 conseillers militaires américains supplémentaires pour l’Irak

sans-titre (2)1500 conseillers militaires américains supplémentaires vont aller en Irak pour entraîner les forces irakiennes & kurdes, dans leur lutte contre l'organisation terroriste Daesh de l'Etat islamique (EI)

Les soldats américains vont se déployer aussi en dehors de Bagdad et Erbil, la capitale du Kurdistan irakien , dans le nord du pays, où ils sont actuellement.

Ces militaires "ne seront pas engagés dans les combats". C'est le président Barack Obama lui-même , en tant que chef des armées qui a donné l'autorisation d'envoyer ces troupes supplémentaires.

source : porte-parole de la Maison Blanche
 




« L’Etat islamique est un cancer qui n’a pas sa place au 21eme siecle »

obade notre envoye special aux Etats-Unis ;

"l'Eat islamique est un cancer " et "il n'a pas sa place au 21eme siecle". C'est ainsi que s'est exprime le president Barack Obama, lors d'une confrence de presse, hier . Le president des Etats-unis a ainsi stigmatise les "djihadistes " de l'Etat islamiste apres la mort du journaliste James Foley, assassine .

Les parents de James Foley ont exprime leur "horreur" . Le pere John Doley a declare que son fils etait mort en martyr. La mere a implore les djhadistes de ne pas executer d'autres journalistes.

Berlin et Paris ont condamne cet assassinat.

Tous denoncent un " Etat quasi-terroriste " et le president Obama estime qu'il faut eradiquer ce "cancer"..




Barack Obama a prévenu qu’il mettrait son veto à tout projet de loi qui reporterait l’Obamacare d’un an

A "The House" , la Chambre des députés US, la majorité républicaine a voté pour une loi de financement amendée en retardant l'application de la réforme de l'assurance-maladie l'"Obamacare", imagesCA2Y98AZ
 

Ce vote voit s'approcher la fermeture des services fédéraux à partir de mardi 1er octobre .

Au Sénat, la majorité démocrate a dit qu'elle n'acceptera pas le report  de l'"Obamacare".

Le président Barack Obama a déjà dit qu'il mettrait son veto à tout projet de loi visant à reporter l"Obamacare".

Obamacare

L'"Obamacare" va donner accès à l'assurance-maladie à 45 millions de pauvres non-assurés.

Le 1er Janvier 2014 est attendu avec impatience par toutes ces populations.

En attendant ces Américians redoutent les coups tordus des Républicains pour retarder au maximum l'application de l'"Obamacare"




Obama annule sa rencontre avec Poutine qui est « déçu »

De notre envoyé spécial aux Etats-Unis : le président US , Barack Obama obamavient d'annuler sa rencontre bi-latérale avec le président russe Vladimir Poutine.

Par cette décision spectaculaire , il exprime sa déception de la décisions des Russes d'accorder un visa temporaire d'un an à l'ex-informaticien de la NSA ,Edward Snowden , qui fait l'objet de poursuites judiciaires par la justice américaine.

Le Kremlin se dit déçu par l'annulation du sommet Obama-Poutine à Moscou. Il précise toutefois  que l'invitation du président américain est maintenue.

Il semblerait que cette décision & sa déclaration spectaculaire est plus dûe à son marché intérieur & aux républicains qui l'accusent de faiblesse vis-à-vis de Moscou.

La participation des USA au sommet du G20 à Saint-Petersbourg, les 5 et 6 septembre prochains , n'est en effet pas remise en cause.


 




America America, »taxe millionnaires » et assurance-maladie :les propositions du président Obama

 L'aile gauche du Parti démocrate US n'est pas contente. En effet pour la première fois leur président ,Barack Obama , présente un projet de budget orienté vers les républicains centristes , avec des économies drastiques.

Obama                                             Le président Barack  Obama

 

propose des dépenses fédérales à 3770 milliards de dollars pour l'année fiscale 2014 (à partir du 1er octobre 2013). Le déficit budgétaire (+ de 5% du PIB en 2013), baisserait à 744 milliards de $ (3,4% du P.I.B. )en 2014.

2 sujets qui fâchent les démocrates, majoritaires au Sénat :

1°) Le budget réduirait les dépenses de santé de 400 milliards de dollars en dix ans .

 2°) le nouveau mode d'indexation sur l'inflation des dépenses publiques :

cette modification limiterait les dépenses de retraites et de salaires des fonctionnaires de 130 milliards $ sur dix ans, & augmenterait les recettes fiscales de 100 milliards. .

Les républicains, majoritaires à la Chambres des Representants (l'Assemblée Nationale US) refusent les 600 milliards de dollars de hausse d'impôts & la taxe minimum de 30% sur les revenus des millionnaires.

Par ailleurs le président Obama revoit à la baisse les taux de croissance pour 2013 et 2014.