« Donne-moi ta main & prends la mienne, que la joie vienne,.. la cloche a sonné,.. l’école est finie » (Sheila)

En raison de la pandémie, les fêtes de fin d'année scolaire sont annulées dans la plupart des pays.
 
Mais pour le jeune David Kotcharian du village Chinchin
(province de Tavouch, district d'Idjevan, à quelques
kilomètres de la frontiere avec l'Azerbaidjan), les festivi
tés de "la derniere cloche", très populaires en Arménie,
seraient bien particulières même sans la pandémie.
 
En effet , dans ce village de 430 habitants, David  a 
passé les 12 ans de sa scolarité en  étant l' unique
élève de sa classe. L'an dernier, l'école n'avait pas d'élève
en classe terminale et n'en aura pas l'an prochain.
 
A la rentrée prochaine  l'établissement comptera 39
élèves .
La proportion des diplomés admis à l'université y est
supérieure à la moyenne nationale.
 
David  se prépare à l'examen d'admission de la Polytechnique d'Erevan où
il veut créer differentes applications pour smartphone.
 
Mais plus morne panorama dans la diaspora arménienne où après( l'Ethiopie, l'Egypte, Sèvres en France,ndlr) Pasadena en Californie et Toronto ,c'est au tour de la Jordanie d'annoncer la
fermeture  de l'unique école arménienne du pays.
 
Zaven Gudsuz
zaven471@hotmail.com
 



Un jour un chateau

Collège Samuel MooratLe site du Collège Samuel Moorat au 26 rue Troyon (92) Sèvres se situe dans un périmètre du Grand Paris appelé « le Triangle d’Or », le prochain pôle culturel de l’Île de France, qui comprendra le Parc et le Château de Saint-Cloud, le Musée de la Céramique et l’Île Seguin, avec le magnifique ensemble de la « Seine Musicale », en face sur l'autre rive de la Seine,  par le Conseil départemental des Hauts-de-Seine, sous la présidence de Patrick Devedjian.

Le château et le parc du Collège Samuel Moorat  se situe en plein cœur de ce Triangle d’Or. Autant dire que les 12 000 m² du site valent cher et ne cesseront de prendre de la valeur.

Or le projet présenté par Bouygues et Nexity, avec les deux intermédiaires immobiliers, consiste à construire entre 120 et 150 logements sociaux (25% d'après l'intermédiaire immobilier) avec parkings à voitures. L'ensemble est censé procurer 200 000 € de recettes par an au propriétaire du site , "l'Association du collège arménien Samuel Moorat".

Autant dire qu’avec une barre de béton sur son terrain, 5 à 600 habitants et leurs 300 voitures, circulant sur le site avec les nuisances inévitables, le Château situé au milieu ne vaudra plus grand-chose.

Il sera alors temps pour le constructeur, grâce aux intermédiaires susdits, d’acquérir l’ensemble du terrain pour un prix bien en dessous du prix actuel.

Mgr Zékiyan, délégué pontifical, qui porte le projet ,chercherait des solutions pour couvrir les 80 000 € de dépenses annuelles du site.

La congrégation mekhitariste  basée dans l'île St Lazare de Venise , qui a longtemps dirigé le collège Samuel Moorat , aurait une dette de plus de 10 millions envers le Vatican.

sources : UAEMR (Union des Anciens Elèves Moorat-Raphael) , Mgr Zékiyan , Krikor Ajderhanian (Keller-Williams , place Masséna à Nice)

————————————————————————————————-

"Le cas des propriétés « abandonnées » est devenu une question d’actualité lorsque le sort des terres de Sèvres, près de Paris, appartenant à la congrégation Mekhitariste, a été porté à l’attention du public. Une propriété de 13 000 mètres carrés dans la ville historique de Sèvres, où le traité éponyme a été signé en 1920, est en jeu.


Une récente visite de Monseigneur Levon Zekiyan et du Président Armen Sarkissian a ouvert le débat sur le sort de ce bien.


Ce n’est pas la première propriété arménienne à être perdue en France. La communauté franco-arménienne a connu des pertes similaires auparavant, lorsque des magouilleurs peu scrupuleux ont repris le centre arménien de la rue de Trévise (au 32 ndlr), à Paris, expulsant tous les organismes arméniens qui y étaient hébergés.

Un débat sérieux fait actuellement rage au sein de la communauté franco-arménienne et de la congrégation mekhitariste, propriétaire du bien (inexact : c'est une association qui est propriétaire, ndlr) et du site de l’école Samuel Mouradian, ouverte en 1928 et fermée en 1997.


L’école a formé de nombreux enseignants, prêtres, éducateurs et dirigeants communautaires. Depuis sa fermeture, le site s’est détérioré et est devenu une source de pollution visuelle menant les autorités municipales à menacer de s’emparer du bien.


C’est encore le sort de nombreuses institutions arméniennes qui grandissent grâce aux dons de la communauté et sont ensuite laissées à la merci de dirigeants laïcs ou religieux vieillissants, avant qu’elles ne soient perdues dans des accords controversés lorsqu’elles ne sont pas escroquées par des tiers.

Il y a plusieurs décennies, la congrégation mekhitariste de Venise a été victime d’une fraude bancaire et a perdu des biens sur l’île du Lido et d’Asolo, évalués à cette époque à plus de 50 millions de dollars.


Même le monastère de San Lazzaro était en jeu et sauvé grâce à la générosité d’Alex Manoogian.


Le sort de la propriété de Sèvres a fait l’objet de discussions privées et publiques par de nombreuses parties; l’idée de la convertir en un centre d’études sur le génocide a été examinée. Il a été également suggéré de le convertir en un centre de conférence. Mais rien n’a été réalisé à cause de dissensions internes.


En 2016, le pape François a nommé Monseigneur Zekiyan représentant pour sauver la propriété. (Mgr)Zekiyan est connu pour son sens de l’organisation et dirige actuellement la communauté catholique arménienne de Turquie. À l’heure actuelle, un plan est en cours pour construire des installations génératrices de revenus afin de financer les besoins du complexe comme centre éducatif et culturel.


En dépit de cet arrangement, le sort des deux autres congrégations mekhitaristes de Venise et de Vienne, sont dans l’eau chaude.


Mekhitar Sebastatsi a déplacé sa congrégation sur l’île de San Lazzaro en 1717. Plus tard, des prêtres mécontents ont coupé les liens avec la congrégation et se sont installés à Trieste. Mais lorsque Napoléon a occupé l’Autriche, ils ont été officiellement reconnus et ont établi un monastère à Vienne en 1810.


Les partis politiques ont toujours été critiqués pour se juger mutuellement. Peu de gens se rendent compte que ces membres du clergé craignant Dieu ne se sont pas parlé depuis près d’un siècle. Mais leur rivalité a profité aux communautés arméniennes, qui sont devenues des bastions de l’érudition et ont géré des réseaux d’écoles à travers la diaspora.


Avec la perte de nombreux prêtres, la congrégation de Vienne a été affaiblie et est tombée finalement sous la juridiction de celle de Venise, aggravant les malheurs de l’ensemble du mouvement mekhitariste.

source : en anglais Edmond Y. Azadian , publié dans The Armenian Mirror-Spectator en date du 8 août 2019




L’Etat arménien et la diaspora ont 8 mois pour sauver le site du château de la Pompadour à Sèvres

C'était le 19 avril dernier : NHM s'était ému de certaines rumeurs : à l'époque on pensait que le délégué pontifical , Mgr Zekyan , discutait avec les groupes Hilton ou Mariott pour vendre le collège Samuel Moorat , et récupérer le montant de la dette dont le Vatican s'était porté garant.

Notre confrère armenews révélait que Mgr Zekyan négocierait avec deux groupes , Nexity et Bouygues pour la construction d'une barre d'immeubles HLM.

Depuis, le président d'Arménie est arrivé à Paris et rencontré Mgr Zekyan au collège de Sèvres et a révélé que 8 mois supplémentaires de délai étaient ajoutés pour trouver une solution :

"Si dans les 8 prochains mois une organisation, une institution arménienne, un individu apparaît et que des meilleures conditions nous soient offertes, la porte est ouverte et nous nous pourrons immédiatement négocier, discuter des conditions et parvenir à une conclusion », aurait déclaré Mgr Zekyan .

Le père Haroutioun Bezdikian,, membre de la congrégation mekhitariste, a déclaré que cette ancienne école avait une riche histoire et qu’elle était l’un des berceaux de la congrégation mekhitariste. « C’est la patrie des Arméniens, un petit bout d’Arménie riche en valeurs historiques et culturelles ».

S’agissant de la situation autour du bâtiment, le président Sarkissian a déclaré : "Aujourd’hui, nous devons prendre des décisions. Mkhitar n’était pas seulement un chef spirituel, un philosophe, un critique littéraire. C’était un brillant homme d’affaires. Il est temps que nous venions en tant qu’Arméniens et que nous nous tenions à côté de la congrégation afin que sa richesse culturelle, éducative et matérielle soit préservée et protégée. L’un des objectifs de ma visite est de montrer que nous ne sommes pas indifférents. Je suis heureux que, lors de notre conversation, le Saint-Siège ait également été convaincu que la République d’Arménie non seulement n’est pas indifférente, mais est également disposée à aider à trouver les bonnes solutions, des solutions qui soutiendront l’unité et la résolution des problèmes financiers et économiques difficiles auxquels le Collège est confronté, afin de soutenir le centre non seulement dans l’unité, mais aussi l’ensemble de la nation arménienne.

Les Arméniens disposent donc d’un délai de 8 mois pour trouver une solution susceptible de restaurer ce bâtiment historique. 

Même si ce château de la Pompadour présente un "intérêt historique médiocre" (dixit le dossier du site à la Préfecture) , il faut le préserver. Des anciens élèves avaient alors hésité à faire classer le site en zone verte , ce qui aurait interdit toute vente . Ils regrettent aujourd'hui de ne l'avoir pas fait.

Le ministre Patrick Devedjian , actuel président du Conseil départemental des Hauts de Seine , avait apporté son soutien à la création d'un Mémorial du Génocide de 1915, lieu de mémoire & de culture . Lors d'une rencontre à l'hôtel Bristol , il nous avait donné l'exemple du musée de l'Holocauste Yad Vashem qu'il avait visité récemment et avait assuré que l'Etat verserait , pour la création de ce Mémorial , un montant au moins égal à celui versé par la communauté des Arméniens. 

 

sources : armenews.com , anciens élèves du Collège Samuel Moorat de Sèvres, site du président d'Arménie Armen Sarkissian

 

 




Noel au chateau de la Pompadour le 25 décembre 2018

le Vatican se serait porté garant auprès des banques de la dette de 12 millions d'€ du collège Samuel Moorat. L'architecte Aris Atamian serait toujours au conseil d'administration de l'association qui gère le Collège .  à suivre …

Que se passe-t-il dans ce chateau qui appartenait à Madame de Pompadour qui l’avait surnommée sa Babiole (son brimborion) vu la modestie de cette demeure comparée au Château de Bellevue qui la surplombait sur la colline. Si la Pompadour a acheté cette propriété, c’est autant pour surveiller l’avancement des travaux du château de Bellevue en haut de la colline,, beaucoup plus somptueux que pour y abriter ses amours royales. La Marquise y organise pour le roi une vie intime et dépourvue de protocole. ?

Selon nos informations , l'école bi-hebdomadaire du Collège Samuel Moorat hébergé par le chateau, a été fermée suite au contrôle de la mairie de Sèvres qui a demandé des travaux de mise en conformité de la sécurité du collège , travaux qui n'ont pas été faits . Le site appartient à une association et deux agents immobiliers seraient entrés à son conseil d'aministration .

Prélude à une vente ? NHM attend des informations plus précises..

Sources : Alexandre Bal, Edouard Der Hagopian. 

Le bâtiment situé 26, rue Troyon, est une propriété qui fut successivement la demeure d’un général de Napoléon, une école de jeunes filles et une maison de convalescence de soldats coloniaux avant de devenir le Collège arménien.
Louis-Albert-Guislain Bacler d’Albe est considéré comme l’un des meilleurs cartographes de son temps. Nommé chef du cabinet géographique de l’empereur Napoléon en 1804, il le suit dans toutes ses campagnes où il semble avoir été associé de près aux décisions. En remerciement de ses services, il est fait baron en 1810. En 1814-1815, il dirige le Dépôt de la Guerre, service de cartographie des armées – lequel deviendra à la fin du XIXe siècle le Service géographique des armées puis en 1940, l’Institut géographique national.
Après la chute de l’Empire, il se retire à Sèvres dans sa demeure, rue de Vaugirard. Il se consacre alors aux arts et réalise de nombreuses gravures de Sèvres et des dessins pour la Manufacture jusqu’à sa mort le 12 septembre 1824.
Par la suite, après avoir accueilli une école secondaire de jeunes filles jusqu’en 1890 puis être restée inoccupée durant plusieurs années, la maison abrite la « Croix verte française ». Cette société de secours aux militaires coloniaux avait été fondée en 1888 par René de Cuers et venait en aide aux rapatriés du Tonkin. Rapidement, l’assistance s’était élargie aux rapatriés des autres colonies. En 1901, les secours sont accordés aux veuves et orphelins de coloniaux et aux rapatriés de Chine. La maison de convalescence, établie à Sèvres en 1898, comptait 120 lits répartis en quatre dortoirs auxquels s’ajoutaient les lavabos, réfectoires, cuisines, vestiaires et infirmerie.
En 1928, s’y installe le Collège arménien Samuel Moorat de la congrégation des mékhitaristes. Fuyant l’avancée turque en 1715, Mekhitar son fondateur, trouve refuge à Venise avec laquelle l’Arménie entretient des relations politiques, commerciales et religieuses. En 1834, à Padoue, la congrégation fonde le Collège arménien grâce au don d’un bienfaiteur arménien des Indes, Samuel Moorat (1760-1816) qui voulait ainsi remercier les pères mekhitaristes de l’éducation apportée à ses enfants. Ce collège portera le nom de son mécène. En 1845, deux pères de la congrégation se présentent au roi Louis-Philippe afin de solliciter son aide. Par décret du 11 juin 1846, le collège est placé sous protection royale et déclaré d’utilité publique. Cette protection est renouvelée par le gouvernement de la IIe République. Déménagé au 12, rue Monsieur à Paris, le collège a pour vocation d’enseigner l’arménien et le français aux jeunes venus de provinces arméniennes afin qu’ils puissent, lors de leur retour dans leur pays d’origine, diffuser la langue et la culture française. Lors de la guerre de 1870, le collège se réfugie à Venise jusqu’à la fin de la Première Guerre Mondiale. De retour en France, où il s’installe à Sèvres en 1928, il est obligé de fermer ses portes au début de la Seconde Guerre Mondiale. L’établissement rouvre en 1945 après restauration des bâtiments.
Les façades et toitures du collège ainsi que le vestibule, le salon d’honneur et le petit salon ont été inscrits en 2003 à l’inventaire supplémentaire des monuments historiques.
source : Sèvres

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 




Pas de résultats pour le pdt Erdogan après son voyage à Washington

Washington ne reviendra pas sur sa décision d’armer les combattants kurdes pour accélérer la chute de Rakka, la capitale autoproclamée de l’Etat islamique (EI) en Syrie. De plus, la justice américaine n’extradera pas l’imam Gülen, résident aux Etats-Unis.

La décision d'armer les peshmergas kurdes a provoqué un tollé en Turquie où l’opposition, laïque ou nationaliste, a crié à la trahison, réclamant l’annulation de cette visite aux USA. Ankara considère les milices kurdes YPG comme la filiale syrienne du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK), en lutte armée contre les forces turques depuis 1984, et redoute que les armes livrées soient utilisées par les rebelles du PKK contre son armée.

« Le démantèlement de la Syrie n’est qu’un hors-d’œuvre en vue du démantèlement de la Turquie », écrivait ainsi le 10 mai Ibrahim Karagül, l’éditorialiste vedette du quotidien progouvernemental Yeni Safak, certain que le plan de la Russie, approuvé par la Turquie, de création de « zones de désescalade » en Syrie, allait forcément conduire à « diviser la région sur une base identitaire ». « Un nouveau monde est en train de naître, défini par la seule force des acteurs régionaux »,

Le traumatisme du dépeçage de l’Empire ottoman par les puissances occidentales, consacré par le traité de Sèvres en 1920, a ressurgi en Turquie. Jamais ratifié, ce traité continue de hanter les esprits près d’un siècle après son apparition (l'Arménie obtenanit un plus grand territoire).

« Recep Tayyip Erdogan va chercher à prouver à son opinion qu’il a obtenu quelque chose de tangible de la part de l’administration Trump, par exemple une politique de soutien à l’action de la Turquie contre la présence du PKK en Irak ».En échange de la fourniture d’armes aux milices kurdes de Syrie, devenues les forces combattantes les plus efficaces contre les djihadistes, Washington pourrait laisser  à l’armée turque pour la liberté de lutter contre les combattants du PKK en Irak, notamment dans la région du Sinjar, non loin de la frontière irako-syrienne.

 
 
 

 

  •  
  •  



Ce traité de Lausanne que Recep Tayyip Erdogan veut renégocier

edoLe traité de Lausanne, signé en juillet 1923 entre le Royaume-Uni, la France, l'Italie, le Japon, la Grèce, la Roumanie, la Yougoslavie, d'une part, et la Turquie de l'autre, a établi les nouvelles frontières turques et a ainsi marqué la fin de l'Empire ottoman. Dans sa dernière déclaration, le président turc Recep Tayyip Erdogan a souhaité renégocier le traité de Lausanne.
La Grèce a  alors souligné que c'était la première fois dans l'histoire moderne qu'un gouvernement turc remettait ouvertement en question le traité de Lausanne et les frontières établies entre les deux pays.
 
Une source de l'agence Ria Novosti dit que le ministre grec de la Défense, lors de la réception du nouvel ambassadeur turc, aurait déclaré :  "Nous ne voulons pas de guerre, la Grèce est un pays pacifique, nous ne cherchons de confrontation avec personne, mais nous n'abandonnerons jamais nos droits souverains » .
 
Avant le traité de Lausanne , il y a eu le traité de Sèvres où le territoire ottoman devait être partagé en zones d'influence au profit des Alliés, mais aussi des minorités kurdes et arméniennes[1]. Il ne fut jamais ratifié par l'ensemble de ses signataires et, provoqué un sursaut national autour de Mustafa Kemal Paşa. La proclamation de la République turque, suivi d'une guerre victorieuse contre la Grèce,  conduisit à un nouveau traité plus avantageux pour la Turquie : le traité de Lausanne. Le Kurdistan évoqué dans le traité de Sèvres ne vit jamais les jours malgré les 30 à 40 millions de Kurdes dans la région. L'Arménie fut réduite à sa portion actuelle sans la partie historique de l'Est de la Turquie (Van, Erzeroum,Kars..)
 
sources : RIA Novosti , wikipedia



Solide comme un « Chêne » Novembre 2019 au Plessis Robinson: vos cadeaux de Noêl seront là

Solide comme un "Chêne" novembre 2019 dans la magnifique ville de  Plessis-Robinson  , nombreux pour féliciter et solidaires avec Chêne dans ce cadre .Association CHÊNEtrouvez tous vos cadeaux de Noël




Le président turc Erdogan critique le traité de Lausanne de 1923

landLe président turc Recep Tayyip Erdogan a critiqué le Traité de Lausanne de 1923 sur la précision des frontières actuelles de la Turquie après la Première Guerre mondiale. Des deux côtés du Bosphore, la déclaration du président turc a suscité de vives réactions.
 
"J'accuse la politique inadéquate du président actuel à l'égard du Traité de Lausanne et des fondateurs de la République de Turquie. Au lieu d'opter pour des attaques illégitimes, M. Erdogan aurait mieux fait de penser à respecter les articles du Traité de la manière la plus minutieuse et efficace. De plus, sur fond du non-respect partiel de l'accord, on pourrait conseiller au chef d'Etat de consulter plus attentivement le texte du Traité et de prendre des mesures pour la réalisation de ses articles », a déclaré Gülsün Bilgehan qui est la petite fille de Ismet Inönu , le 2e président de la république turque et bras droit de Mustapha Kémal "pacha".
 
Du côté grec on s'interroge sur une volonté de remettre en cause la frontière gréco-turque.
 
Les Arméniens réclament l'application du Traité de Sèvres qui a été remplacé par le traité de Lausanne.
 



Dans le cadre prestigieux du Château de la Pompadour , fête champêtre Dimanche 11 Septembre 2016

pompaste croixL’Association Sainte-Croix vous invite à fêter, ensemble,

 

 

 

La Sainte Croix

 

Dans le cadre prestigieux du chateau de la Pompadour ,siège du Collège Samuel Moorat des Pères Mekhitaristes, dépositaire des souvenirs de l’histoire des Arméniens et des Français, nous vous proposons une journée de fête  avec le programme suivant:

 

11:00
Divine Liturgie dans le grand salon du Collège
13:00
Repas sous les frondaisons
Animation musicale
Danse
Animation pour les enfants
Tirage de la Grande Tombola

 

RÉSERVEZ EN LIGNE!
sur le site: www.armeniencatholique.fr

 
 
  Tirage de la Grande Tombola

 

 

PREMIER PRIX
Week end à Barcelone pour 2 personnes 3 jours / 2 nuits
Vol + transferts + hôtel
Offert en partenariat avec:
Arax Voyages

Deuxième prix
Croix Arménienne avec sa chaine en or 750
Offert par
Joillier créateur Van Diam

Troisième prix
Une œuvre d'art

 

 
 
 
Association Sainte-Croix des Arméniens Catholiques de France
 



Grande Braderie de Noël au collège Samuel Moorat les 28 et 29 novembre 2015

Chêne France

L'ASSOCIATION CHÊNE

PRÉSENTE

GRANDE BRADERIE DE NOËL

L'Association CHÊNE organise comme chaque année la

GRANDE BRADERIE DE NOËL

Les 28 et 29 novembre 2015

de 10h00 à 20h00

au Collège Arménien Samuel Moorat

Donnez un sens à vos cadeaux en soutenant leurs projets !

A la découverte de l'artisanat d'Arménie, ses livres, sa cultures, sa cuisine…

Samedi et Dimanche

De 12h00 à 18h00

Collège Samuel Moorat

Collège arménien Samuel-Moorat 

26, Rue Troyon

92310 Sèvres

Tram : T2 Musée de Céramique

Métro : Pont de Sèvres

http://armeniehayastan.free.fr/mekhitarian/sevres.html




Grande Fête Champêtre dimanche 13 septembre 2015 au collège Samuel Moorat

Grande fête champêtre au collège Samuel Moorat

Dans le cadre prestigieux du Collège des Pères Mekhitaristes, dépositaire des souvenirs de l’histoire des Arméniens et des Français, nous vous proposons une journée de fête .

PROGRAMME :

11h00: Divine Liturgie dans le grand salon du Collège

13h00: Repas sous les frondaisons
Animation musicale
Danse
Animation pour les enfants

Tirage de la grande tombola

1er prix: Voyage de 5 jours pour deux personnes en Arménie
Offert par l’agence de voyage AMSLAV et Ukraine International Airlines

2ème prix: Croix arménienne avec sa chaine en or à 750
Offert par Joaillier Créateur VanDiam

3ème prix: Œuvre d’art

Et de nombreux autres lots de valeur…

Collège arménien Samuel-Moorat
26, Rue Troyon

92310 Sèvres

Tramway : T2 Musée de Céramique

Métro : Pont de Sèvres

Sources :

Page officielle FaceBook




Face au collège Samuel Moorat des pères Mekhitaristes , à Sèvres, la Cité musicale de l’ïle Seguin prend forme

SeguinLe chantier de la Cité musicale de l’île Seguin, à Boulogne-Billancourt, face au collège Samuel Moorat des Pères Mekhitaristes à Sèvres  vient de voir s'achever les travaux du gros œuvre.

Les premiers coups de pioche ont été donnés en décembre 2013 .

Il va y avoir une salle de spectacle et un auditorium pour la musique classique et contemporaine.

Les deux salles ­accueilleront , en 2016, 6 000 et 1 100 spectateurs.

Cette réalisation, estimée à 170 millions d’euros, a été confiée à l’architecte japonais Shigeru Ban, lauréat 2014 du prix Pritzker, pour le centre Pompidou de Metz.

L’île Seguin était le siège d'une usine Renault, fermée en 1992, démantelée puis démolie entre 2004 et 2005.

source : www.hauts-de-seine.net




Fête champêtre chez la Marquise de Pompadour sur la colline de Brimborion

Tashdahantes 2014

Fête champêtre chez la Marquise de Pompadour, sur la charmante colline de Brimborion à Sèvres (92)

Dimanche 15 Juin 2014, de 10h30 à 19 heures : venez déjeuner à l'ombre des magnifiques arbres du parc du chateau de la Marquise de Pompadour.

Parking assuré, soleil commandé !, parasols installés, buffet , animation musicale, ENTREE LIBRE :

26 rue Troyon 92310 Sèvres




Le chateau de la Pompadour sur la colline de Brimborion

MekhiteAssociation Sèvres 2015

Création du futur Musée-Mémorial du  Génocide Arménien

Résultats du Concours d'Esquisse Architecturale

Le Jury du concours d'esquisse architecturale en faveur de la création du futur Musée-Mémorial du Génocide Arménien sur le site du Collège Samuel Moorat à Sèvres (92) s'est réuni le jeudi 27 février 2014.
Les membres de l'Association Sèvres 2015 et le Jury de sélection ont étudié les candidatures ; après un vote anonyme, deux lauréats ont été désignés : •Le 1er prix est attribué au projet d'Hugo MAFFRE et Hortense GOUPIL,

Pour consulter le projet : https://www.dropbox.com/sh/5izoxhslcwyjekc/C8A9Z-BksB

 
•Le 2nd prix est attribué au projet de Filippo PASINI, Mathias ROLLOT, Florian GUERANT et Rosalie PERICAUD.

Pour consulter le projet : https://www.dropbox.com/sh/g1iob2dopwqdtef/NTjGM9fJRP

 

Au total, ce sont 24 dossiers, restés totalement anonymes, qui sont remontés de la part de jeunes architectes français, italiens et arméniens. Après un travail de présélection réalisé par les membres de l'Association Sèvres 2015, 11 candidatures ont été présentées au Jury de sélection.

Un cabinet d'architecte extérieur a ensuite donné son avis technique sur chacun d'entre eux avant que les dossiers ne soient envoyés à chacun des membres du Jury.

Ce concours, doté d'un prix de 5.000 € a été lancé en octobre 2013 auprès de jeunes architectes français, italiens et arméniens. Les candidats devaient répondre à un cahier des charges leur demandant d'imaginer un ensemble de 2.000 à 3.000 m²  conservant un édifice de la deuxième partie du XVIIIème siècle  dont  les façades et toitures, ainsi que le vestibule, le grand escalier, le salon d'honneur et le petit salon sont inscrits à l'inventaire supplémentaire des monuments historiques.  Le musée-mémorial devait s'insérer dans le cadre prestigieux de la Vallée de la Culture, à côté du Palais où fut signé le traité de Sèvres : la Cité nationale de la Céramique et de la future Cité de la Musique. Il devait comprendre, outre le mémorial, un musée d'histoire associé, un centre de ressources et un centre de conférences. Il accueillera le grand public mais devrait également s'ouvrir aux chercheurs et au monde éducatif.

 

MEMBRES DU JURY

CONCOURS D'ESQUISSE ARCHITECTURALE

27 février 2014

•Jean Michel CORDUNET : Ancien Vice-président de la Fondation Notre-Dame
•Jean Claude GENS : Professeur de philosophie contemporaine à l'université de Bourgogne
•Raymond KEVORKIAN : Historien, Membre du Comité préparatoire au Conseil Scientifique du projet Sèvres 2015
•Laurent LEYLEKIAN : Responsable du conseil scientifique du projet Sèvres 2015, Membre du Comité préparatoire au Conseil Scientifique
•Jean Pierre MAHE : Philologue et historien du Caucase, spécialiste des études arméniennes
•Claire MOURADIAN : Historienne, Membre du Comité préparatoire au Conseil Scientifique du projet Sèvres 2015
•Antoine SAKHOCHIAN : Conseiller architectural pour l'Association Sèvres
•Hilda TCHOBOIAN : Conseillère Régionale en Rhône-Alpes, Membre du Comité préparatoire au Conseil Scientifique du projet Sèvres 2015
•Yves TERNON : Historien, Membre du Comité préparatoire au Conseil Scientifique du projet Sèvres 2015
•Gérard GUERGUERIAN : Président de l'Association Sèvres 2015
•Robert AYBADIRIAN : Vice-président de l'Association Sèvres 2015
•Léon PAPAZIAN : Secrétaire général de l'Association Sèvres 2015
•Père Jacques BEZDIKIAN : Vice-président de l'Association Sèvres 2015

Contacts :

ASSOCIATION SEVRES 2015 – 26 rue Troyon – 92 310 Sèvres
contact@sevres2015.org
http://www.sevres2015.org/
www.facebook.com/pages




NKM appelée d’urgence au chevet de son père

NKMNKM vient d'annuler une réunion qu'elle devait tenir, sur la sécurité , pour se rendre au chevet de son père , le maire de Sèvres, qui avait été victime d'un AVC , il y a une quinzaine de 15 jours.

Il est à craindre une aggravation de l'état de santé du Maire de Sèvres.

 

 




Patrick Devedjian : « La propagande négationniste est totalement invivable »

MM. Patrick Devedjian et Jean-Jacques Saradjian

MM. Patrick Devedjian et Jean-Jacques Saradjian

Discours de M. Patrick Devedjian, Président du conseil général des Hauts-de-Seine, lors de la fête champêtre du 16 juin 2013 au collège Samuel Moorat

 

 

"Je vais répondre à votre question, chers amis.

Tout d’abord, cela dépend de la communauté arménienne pour l’essentiel, comme d’ailleurs tout ce qui a pu être fait dans la progression de la communauté et de la cause arménienne. Moi je veux dire deux choses.

Je suis très heureux d’être ici. J’y viens très rarement, la dernière fois que j'y suis venu c'était  il y a un peu plus de 20 ans. La première fois c’était en 1955 donc c’est assez loin. Mais finalement , ce lieu qui est plein de souvenirs et qui pour moi d’ailleurs est fondateur de mon identité arménienne. C’est ici que j’ai appris profondément ce que c’était que d’être arménien. J’en suis reconnaissant aux pères qui m’ont appris ça parfois un peu sévèrement mais c’est resté. Et dans le fond, cet endroit n’a pas beaucoup changé. Je le dis parce que c’est bien pour la nostalgie de retrouver ses repères dans un lieu de mémoires mais je le dis aussi d’une manière un peu critique par la difficulté qu’ont les Arméniens à faire évoluer les choses et à faire avancer leurs projets.

Et donc, je suis heureux qu'il nait cette idée d’une fondation pour y faire, André (Santini ndlr), non pas seulement un monument, un monument, oui, mais surtout un musée du génocide pour répondre à la propagande négationniste qui pour nous, est totalement insupportable et invivable. Totalement invivable.

On a beau dire, on a beau faire, on ne s’y habitue pas. On ne s’habitue pas au négationnisme, au fait que nous ne sommes pas arrivés pour la plupart d’entre nous en France par hasard, nous sommes arrivés en France à la suite d’un grand malheur qui est arrivé pendant la première guerre mondiale, le génocide dans lequel nos parents ont été les victimes parce que, ils étaient les alliés de la France. Il ne faut pas que les Français d’origine l’oublient et il ne faut pas que les Arméniens l’oublient non plus. Nous sommes morts pour la France pour ceux d’entre nous qui ont disparus, nous sommes morts pour la France. Et donc, dans cette terre qui nous a  accueillis aussi avec générosité et dont la générosité continue à travers ses élus, à travers ce qu’ils font, nous voulons simplement que dans notre identité de citoyen français, notre origine soit préservée dans son identité, sans vanité, sans orgueil.

Simplement parce que c’est fondamental pour notre dignité simplement et je crois aussi pour la dignité de la France. Parce que la France avait écrit le 24 mai 1915, un mois après le début du  génocide, la France avait écrit, c’est son honneur, elle avait écrit que la Turquie qui commettait un crime de guerre, un crime contre l’humanité et c’était la première fois que le concept apparaissait dans la diplomatie et dans le droit international « La Turquie devrait rendre compte après la guerre de cet immense crime contre l’humanité ». C’est la France qui avait fait ça et c’est son honneur et c’est aussi pour ça qu’on l’aime et c’est pour ça que dans la souffrance on est venu vers elle et c’est pour ça qu’on est attaché aussi à ce que son honneur soit intact.

Donc nous voudrions  que dans ce pays qui nous a accueillis, nous soyons en mesure de répondre par des preuves, par des actes, par des témoignages, par mille choses, de cette histoire qui fait l’origine de notre présence ici. Et donc en ce lieu, celui du baron Bacler d’Albe, le peintre et géographe de Napoléon, c’était un géographe, cartographe, dans ce lieu qui est déjà un lieu historique de la France. Et puis c’est bien aussi que la cartographie puisse s’étendre jusqu’à l’Arménie. Nous voudrions faire un centre de documentation, un musée du génocide. Il y en a un naturellement à Tzitzernagapert, beaucoup d’entre vous le connaisse, y sont allés mais nous voudrions ici pour la diaspora, qu’il y en ait un dans ce lieu de communication intense, dans ce lieu emblématique intense qu’est la France, ici à Sèvres où a été signé le traité de Sèvres « qui ressuscitait l’Arménie », « qui ressuscitait l’Arménie » et qui a été trahie en moins de trois ans. Il faut moins de trois ans pour un homme politique pour renier sa signature, même pas sa parole, sa signature, dans ce lieu de Sèvres si emblématique de notre histoire et de l’injustice que nous avons subie. Nous voudrions qu’il y ait cette réponse documentée au négationnisme odieux dont nous continuons à être les victimes persécutées.

Et donc, bien sür, les élus nous suivent parce qu’ils connaissent l’histoire. Les Arméniens sont un peu les casse-pieds, ils ne laissent à personne ignorer leur histoire. Mais vous avez donc été obligé de l’apprendre vous qui êtes élus les uns et les autres mais nous voulons qu’ici, si on veut savoir, il n'y a pas d’endroit en France, faut faire des recherche énormes. Si on veut savoir il faut qu’il y ait un endroit où on a tout pour savoir de manière facile et simple.

Vous savez, il n'y a pas un français sur mille qui sait que l’Arménie a été sous mandat français à partir de 1916 avec un haut commissaire en Arménie qui s’appelait M. Georges-Picot et que les Arméniens étaient réfugiés à partir de 1916 sous le drapeau français ont constitué une légion arménienne qui a combattu aux côtés de l’armée française, il n'y a pas un français sur mille qui sait cela. Et c’est l’histoire de France !

C’est l’histoire de l’Arménie mais c’est l’histoire de France. Et donc nous voulons qu’il y ait un endroit là qui permet d’accéder facilement pour tout le monde et aux gens honnêtes qui veulent s’informer de le trouver. Ça dépend d’abord de la communauté arménienne, si vous êtes incapable de vous mobiliser, n’attendez rien des autres. Vous pouvez demander aux autres si vous vous levez vous-mêmes. Et malheureusement, chez les Arméniens, les choses sont toujours très lentes, mon cher André, très lentes. Malgré la bonne volonté de leurs amis qui est manifestée par leur présence ici, aujourd’hui mais qui constamment les accompagne sur le chemin. Je dis à la communauté arménienne qu’elle doit se mobiliser. Elle a commencé à le faire, nous n’avons pas obtenu la reconnaissance du génocide arménien par hasard, nous continuons à nous battre contre le négationnisme mais le combat continue.

C’est un combat éternel mais vous avez l’habitude, vous êtes un peuple de survivants, vous êtes un peuple qui a connu un très long martyrologue, de très grandes difficultés. Vous êtes arrivés dans ce pays dans la misère, vous êtes arrivés dans ce pays dans le dénouement absolu, vous êtes devenu des citoyens à part entière comme les autres. Vous avez le droit de citer, vous êtes reconnus pour ce que vous êtes dans votre identité. C’est une belle victoire : « La victoire de l’intégration ». C’est une victoire pour la France et une victoire pour vous, une victoire des deux mais rien n’est terminé, le combat continue.

Texte depuis la source vidéo dans son intégralité : Jean-Jacques SARADJIAN

Sources vidéo & photo : Armand CICEK




Une Fondation « Mekhitar » partenaire avec la Fondation Napoléon et Léa Bullukian pour la création d’un musée sur le site du chateau de la Marquise de Pompadour

Association Sèvres 2015

Pour la création d’un musée mémorial du génocide arménien

LA FONDATION MEKHITAR OFFICIELLEMENT ETABLIE PAR SEVRES 2015

 

La Fondation Mekhitar officiellement créée. Un partenariat stratégique avec la fondation Bullukian annoncé, une campagne de souscription grand public bientôt lancée.

Sèvres, vendredi 5 juillet (CP N°8) – Le Conseil d’administration de Sèvres 2015 annonce la conclusion des accords qui installent officiellement la Fondation Mekhitar. La Fondation Mekhitar est la structure qui gérera la future cité arménienne de Sèvres en cours de réflexion. « Nous sommes très fiers d’avoir franchi avec succès cette étape cruciale pour la bonne marche du projet » a déclaré Robert Aydabirian, Vice-président de Sèvres 2015. « Nous avançons avec efficacité et pragmatisme et nous tenons le délai annoncé de fin juin pour la création de notre fondation » a-t-il ajouté.

La création de la Fondation Mekhitar s’accompagne en outre d’une annonce de partenariat renforcé avec la Fondation Léa et Napoléon Bullukian, reconnue d’utilité publique depuis 2003. « Nous avons été séduits par l’approche de Sèvres 2015 et la vision qui s’en dégage, inscrivant l’identité arménienne au cœur de la société française » a commenté Jean-Pierre Claveranne, le Président de la Fondation Bullukian. « Cette vision s’inscrit dans notre stratégie de développement auprès de la communauté arménienne de France et c’est pourquoi nous avons choisi de l’accompagner en nouant un partenariat stratégique » a-t-il précisé.

Une position à laquelle souscrit pleinement le Père Haroutioun Bezdikian, Vice-président de Sèvres 2015 et Représentant de la Congrégation des Pères Mekhitaristes, qui a souligné « la grande affinité et la communauté de vues » entre les deux fondations ainsi que la « dimension nationale » qui découle de ce partenariat en raison de l’implantation géographique des deux institutions. « Cette complémentarité renforcera de manière significative le rayonnement de la culture arménienne en France » a indiqué le Père Bezdikian.

Cette nouvelle étape permettra à tout un chacun de « contribuer concrètement au projet de cité arménienne par le biais de dons, legs et donations et de bénéficier des avantages fiscaux associés » a commenté Léon Papazian, le Secrétaire général de Sèvres 2015. A cet égard, Sèvres 2015 prépare actuellement une large campagne de souscription grand public pour accompagner les financements institutionnels des collectivités locales et régionales.

Le centre arménien de Sèvres comprendra un mémorial et un musée d’histoire associé, un centre de ressources et un centre de conférences. Il accueillera le grand public mais devrait également s’ouvrir aux chercheurs et au monde éducatif. ecoles-92-sevres-samuelmoorat-batiment

Congrégation des pères mékhitaristes

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
 
 

 

 

Vue partielle du monastère San Lazzaro degli Armeni à Venise.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La Congrégation des pères mékhitaristes est un ordre monastique catholique arménien fondé par Mékhitar de Sébaste en 1700.

L'ordre occupe le monastère Saint-Lazare (San Lazzaro degli Armeni) sur l'île du même nom à Venise. Un autre monastère existe à Vienne en Autriche. Plusieurs écoles dirigées par les pères mékhitaristes existent de par le monde et plus particulièrement en France, le collège Samuel Moorat à Sèvres (Hauts-de-Seine).

L'ordre a joué un grand rôle dans le maintien et le renouveau de l'héritage culturel arménien.

Sommaire

 

 

Histoire

L'ordre a été fondé en 1700 à Constantinople par Mékhitar de Sébaste.

Action culturelle et éducative

Contrairement à la plupart des ordres monastiques chrétiens qui pratiquent au quotidien un travail manuel ou artisanal, les pères mékhitaristes ont le devoir d'accomplir des œuvres intellectuelles. Ainsi, l'écriture, la lecture et la recherche sont les principales occupations de ces prêtres.

Le monastère Saint-Lazare abrite une collection d'œuvres littéraires et artistiques unique au monde. On y trouve notamment certaines des premières bibles imprimées, des manuscrits originaux n'existant plus qu'en langue arménienne (les autres en latin ou en grec ayant été perdus ou détruits), des tableaux d'éminents peintres arméniens (Shart, Carzou, Sarian…) et autres lithographies et dessins.

Un musée permet de découvrir des objets anciens arméniens et urartéens, certains ayant plus de 2000 ans. Une momie égyptienne et son sarcophage y sont également exposés. Tous ces objets ont été soit offerts à la congrégation soit trouvés par les prêtres eux-mêmes durant leurs voyages.

Par ailleurs, de nombreux collèges ont existé à travers le monde (Paris, Vienne, Venise, Beyrouth…). La plupart d'entre eux sont aujourd'hui fermés ou n'assurent plus que des cours d'arménien hebdomadaires. Ces collèges, notamment celui de Sèvres, ont accueilli de nombreuses personnalités telles le réalisateur Raffy Shart, le producteur Christian Ardan, le compositeur Armen Bedrossian, le comédien Charles Gérard, l'ancien ministre Patrick Devedjian .

Voir aussi

Articles connexes

Liens externes

 




Le magnifique site de Sèvres, 26 rue Troyon ,Dimanche 16 Juin : grande fête champêtre

Le Dimanche 16 Juin 2013  au  Collège Samuel Moorat "Mekhitarian" 26 Rue Troyon, à Sèvres 92

sur la colline de Brimborion , le chateau de la Marquise de Pompadour .

ET GRANDE FETE CHAMPETRE TOUTE LA JOURNEE. DANS LE MAGNIFIQUE PARC !




Association Sèvres 2015 « Pour la création d’un musée mémorial du génocide arménien »

Association Sèvres 2015

HERVÉ MARSEILLE : LE CENTRE ARMÉNIEN DE SÈVRES FAIT PARTIE DE L’ADN DE MEUDON

 

Hervé Marseille

 

Hervé Marseille, le Sénateur-Maire de Meudon (Hauts-de-Seine) a reçu le 25 Février 2013 les responsables de Sèvres 2015 venus lui exposer le projet de Musée-mémorial arménien. Meudon, commune limitrophe de Sèvres, se caractérise par la présence d’une importante communauté arménienne.

Le Maire de Meudon a exprimé un ferme soutien au projet présenté. Il s’est notamment félicité de la structure institutionnelle retenue – celle d’une fondation – adaptée selon lui à garantir la transparence et le professionnalisme de la démarche, notamment par l’implication des pouvoirs publics qu’elle garantit.

« Par son envergure, par le mode de gouvernance envisagé, par le lieu emblématique retenu, c’est le projet arménien que nous attendions tous pour les Hauts-de-Seine » a déclaré Hervé Marseille. « Le Musée-mémorial arménien de Sèvres conférera une haute valeur ajoutée aux différents projets de développements menés par et autour de notre commune dans le cadre du Grand Paris et fait partie à ce titre de l’ADN de Meudon » a-t’il conclu.

Des propos qui font écho à ceux de Robert Aydabirian, le vice-président de l’Association Sèvres 2015, qui a rappelé que « ce sont désormais l’ensemble des communes limitrophes du projet qui apportent un soutien sans réserve au projet de centre arménien de Sèvres ». Il s’est particulièrement félicité du « consensus sur la démarche institutionnelle adoptée » qui conditionne selon lui « le succès du projet

Le centre arménien de Sèvres comprendra un mémorial et un musée d’histoire associé, un centre de ressources et un centre de conférences. Il accueillera le grand public mais devrait également s’ouvrir aux chercheurs et au monde éducatif.

Association Sèvres 201526, rue Troyon
92 310 Sèvres

Pour plus d'informations :

contact@sevres2015.org

http://www.sevres2015.org

Page officielle FaceBook

Page officielle Twitter




Grande Braderie de Noël au collège Samuel Moorat les 8 et 9 décembre 2012

Association CHÊNE

PRÉSENTE

Grande Braderie de Noël par l'association Chëne

L'Association CHÊNE organise comme chaque année la

GRANDE BRADERIE DE NOËL

Les 8 et 9 décembre 2012

de 10h00 à 20h00

au Collège Arménien Samuel Moorat

 

Donnez un sens à vos cadeaux en soutenant leurs projets !

A la découverte de l'artisanat d'Arménie, ses livres, sa cultures, sa cuisine…

 

FÊTE DU LIVRE & ESPACE CD et DVD
De nombreux auteurs et artistes seront présents pour dédicacer leurs ouvrages.

ATELIER OENOLOGIE
Sensibilisation à la perception gustative du vin blanc, du sec au liquoreux.
Par Stéphane KHENTEMOURIAN, Président de l'association des gastronomes oenophiles www.gastronomes-oenophiles.net
Dimanche 10h30 sur réservation au 06 89 63 18 04

ATELIER CUISINE ARMENIENNE
Le MANTI par notre ami Gérard MARKARIAN
Dimanche 15h sur réservation au 06 89 63 18 04

ATELIER MAQUILLAGE
Tous les enfants sont infités à se faire maquiller gracieusement
Samedi et Dimanche de 12h00 à 18h00

Collège arménien Samuel-Moorat
26, Rue Troyon
92310 Sèvres
Tram : T2 Musée de Céramique
Métro : Pont de Sèvres
http://armeniehayastan.free.fr/mekhitarian/sevres.html

Résa pour le grand repas du samedi soir sur la ligne d'Arthur au 06 26 01 12 55

Sources :

Page officielle FaceBook