Patriarche des Armeniens ou de l’Etat turc ?

Le Patriarcat de Constantinople est l’un des 4 sièges hiérarchiques de l’Église arménienne apostolique. Cette dernière (de 50 000 à 80 000 fidèles en Turquie) est donc la première communauté chrétienne locale.

Elle traverse une crise depuis plusieurs années. Son patriarche en titre, Mesrob II Mutafyan, élu très jeune en 1998, est tombé malade peu après. Son état s’est rapidement dégradé et il est aujourd’hui hospitalisé « dans un état végétatif » à l’hôpital Saint-Sauveur  ("Sourp Perguitch") d’Istanbul, là où le pape François est allé le visiter en novembre 2014.

Or « un patriarche est élu à vie, il ne peut être destitué » .. Avant d’être hospitalisé, sous la pression des autorités, le patriarche avait nommé un vicaire général, Mgr Aram Atéshian, confirmé par l’assemblée ecclésiale.

Mgr Ateshian a ecrit une lettre d'excuses a R.T.Erdogan apres la reconnaissance du genocide armenien par le parlement allemand.

En 2016, reprenant d’anciens canons du droit canonique, l’Église arménienne a « constaté » l’empêchement de son patriarche depuis plus de sept ans et déclaré vacant le siège patriarcal… sans réaction des autorités turques.

Le 15 mars 2017, l’assemblée ecclésiale du Patriarcat arménien de Constantinople avait élu « à une écrasante majorité » Mgr Karékine Békdjian, alors primat des Arméniens d’Allemagne, locum tenens du Patriarcat, le chargeant d’organiser des élections.

Mais le 9 février, le ministre de l’intérieur turc s’est déplacé à Istanbul « afin de présider durant trois heures une réunion à laquelle était convoqué un certain nombre de’responsables’paroissiaux et de ’bienfaiteurs’ » dont le leader de cette assemblée d’oligarques », Bédros Shirinoglu, responsable de l’hôpital saint-Sauveur,(Sourp Perguitch) est un « proche arménien de Recep Tayip Erdogan ».

Les détails de la réunion sont inconnus « mais le même jour, le conseil ecclésial du Patriarcat arménien de Constantinople s’est réuni et, conformément aux ordres du pouvoir, a rétabli Mgr Aram Atéshian dans ses fonctions » de vicaire général.

sources : Philippe Sukyasan, diacre de l’Église arménienne en France, La Croix et A.G.

 

 




Le cardinal Raï, patriarche maronite catholique d’Antioche et de tout l’Orient, rencontre le président Hollande et demande à déclarer la neutralité du Liban

sans-titre (3)Au Liban il y a 1,5 million de réfugiés syriens et irakiens, + un demi-million de réfugiés palestiniens soit 2 millions au total sur moins de 5 millions d'habitants

.Le primat de l'Eglise maronite.le cardinal Raï , en visite en France , a plaidé pour une neutralité du Liban .

Il a mis en garde sur le danger de l'exploitation par des organisations terroristes de ces populations qui vivent dans les privations & la misère et reprèsentent un  lourd fardeau économique, social et politique pour le Liban
 

Le patriarche maronite a appelé à un règlement de la crise institutionnelle au Liban, sans président de la République depuis exactement 2 ans.. Le parlement paralysé, ne peut légiférer, ni le gouvernement agir.

Le cardinal Raï s'est inquiété d'une éventuelle confrontation avec l'islam qui cohabite au Liban"depuis 1400 ans".

sources "Au choeur du chaos" du cardinal Raï C/°Albin Michel , Daily star, La croix , Elysée.fr

 




Le Quai d’Orsay condamne les « menaces intolerables » de « l’Etat islamique » contre les chretiens d’Irak

eglise

Paris condamne  les "menaces intolérables" des terroristes de  l'Etat islamique contre les chrétiens en Irak, menacés par les djihadistes de se convertir ou quitter la ville de Mossoul.

 "La France condamne avec la plus grande fermeté l'ultimatum lancé par l'Etat islamique aux chrétiens de Mossoul. Il s'agit d'une nouvelle illustration de la véritable nature de cette organisation terroriste", a déclaré le  Quai d'Orsay  et 'est dit "mobilise pour que le droits des communautes chretiennes d'Orient soient respectes".

Les chrétiens de Mossoul,  prise le 10 juin par les  djihadistes de l'Etat islamique (EI), ont fuit en masse après un ultimatum de l'EI leur ordonnat de se convertir a l'Islam ou quitter les lieux. Cette fuite massive  vide la cité d'une population présente depuis des siècles.

 Le patriarche chaldéen Louis Sako a évalué que presque tous les chretiens ont fui . Hier, le pape François a dénoncé les persécutions dont ils sont victimes ; le secrétaire général de l'ONU Ban ki-Moon l' a qualifié de "crime contre l'humanité".

 

sources : patriarcat chaleen,Quai d'Orsay,Vatican,ONU




La conversion forcee a l’Islam , l’impot ou le glaive : 100 ans apres le genocide des Armeniens , les « djihadistes » perseverent

EIILLe texte a été distribué et lu dans les mosquées de Mossoul ,tombee aux mains des terroristes "ultra-radicaux" de l'"Etat islamique (E.I.) :

« Nous leur proposons trois choix" (aux Chretiens.ndlr) :" l'islam, la dhimma et, s'ils refusent ces deux choix, il ne reste que le glaive. »

Le « calife » auto-proclame, Abou Bakr Al-Bagdadi donne jusqu'a samedi 19 juillet aux chrétiens pour décider  s'ils  se convertissent, ou payent l'impôt, ou bien « quittent le  califat islamique ». « Après cette date, il n'y aura plus entre eux et nous que le glaive », .

 La méthode EIIL en Syrie et en Irak rappelle aux Armeniens les sombres heures du genocide par la main de l''Organisation speciale" des "Jeunes Turcs" qui appelaient aussi au "djihad"

Deuxième ville d'Irak, bordée de champs pétrolifères, Mossoul est tombée aux mains de l'Etat islamique le 10 juin. Les p chrétiens de cette ville, etaient environ 100 000 , il y a 10 ans, était estimée à 5 000 avant la prise de la cité par les djihadistes en Juin. Depuis les chrétiens fuient.  vers Dohouk et Erbil, dans la région autonome du Kurdistan irakien.

source : patriarche chaldéen, Louis Sako,




L’Elysée attentif à la situation des Chrétiens d’Orient

Le président Hollande a reçu à l'Elysée le patriarche maronite Béchara Boutros Raï du Liban .B. Raï
 

Le communiqué de l'Elysée précise  :

"A l'occasion de cet entretien, le chef de l'État a rappelé l'attachement de la France à la stabilité du Liban et à l'entente politique entre toutes les composantes de la société libanaise pour préserver la paix civile et l'unité nationale", & "Il a rappelé les liens historiques unissant notre pays aux Maronites du Liban et au Patriarcat".

Le président Hollande a tenu à assurer que la France est "très attentive à la situation des Chrétiens d'Orient qui sont des éléments importants de l'identité des pays dans lesquels ils vivent" .

Et encore : "la conquête de la démocratie et de l'État de droit par les peuples est le meilleur garant de la pérennité de la diversité religieuse et de la présence chrétienne au Proche et Moyen-Orient".