Avédissian donne 100 millions de $ à la faculté de médecine de l’Université de Boston

image_pdfimage_print

  Edward Avedisian (à gauche), clarinettiste et philanthrope à la retraite, a fait don de 100 millions de dollars à la faculté de médecine de l'Université de Boston pour honorer son ami d'enfance, cardiologue respecté et ancien président de l'UB Aram V. Chobanian .

La plupart des philanthropes s'attendent probablement à voir leur propre nom sur un bâtiment après avoir fait un don important à une institution publique. Mais Edward Avedisian, un clarinettiste et philanthrope à la retraite qui,, a fait don de 100 millions de dollars à la faculté de médecine de l'Université de Boston, a plutôt choisi d'honorer un ami d'enfance.

Rebaptisée jeudi, la Boston University Aram V. Chobanian & Edward Avedisian School of Medicine met en premier le nom d'un ancien président de la BU et cardiologue respecté qu'Avedisian a connu pendant la majeure partie de sa vie. «

Qui me connaît ? Personne », a déclaré Avedisian, diplômé du Collège des beaux-arts de BU, au Globe, ajoutant qu'il avait préféré ne pas être inclus du tout dans le nouveau nom de la faculté de médecine. "D'accord, j'ai gagné quelques dollars, mais qui sait [Chobanian] dans le domaine médical ? Un très grand nombre de personnes. … [Son nom] renforce le prestige de l'université à l'avenir. Publicité

Chobanian, pour sa part, a été touché par le geste, mais tout aussi humble. Il a refusé d'avoir son nom sur l'école seule, et les deux hommes sont parvenus à un compromis en honorant les deux. "Je suis bouleversé par l'ampleur du don et par le fait que mon amitié avec lui, qui était très spéciale, a également conduit à une contribution très spéciale à l'institution", a déclaré Chobanian, qui a également servi auparavant à l'École de Doyen de médecine.

"Je sais que ce sera une grande valeur pour la faculté de médecine." La moitié de l'argent des dons sera utilisée pour fournir une aide financière et des bourses d'études en fonction des besoins aux futurs étudiants en médecine, a déclaré Robert Brown, président de l'Université de Boston.

Un quart sera utilisé pour soutenir les chaires dotées, qui honorent les professeurs accomplis et financent la recherche. Le dernier trimestre sera utilisé pour "maintenir l'école à la pointe de l'enseignement et de la recherche", selon un communiqué de l'université. Publicité "Nous avons eu très peu de cadeaux de cette ampleur dans notre histoire", a déclaré Brown.

"Il soutiendra des générations et des générations d'étudiants en médecine." Brown a déclaré que le don pourrait encourager les étudiants en médecine à poursuivre des spécialités importantes, comme les soins primaires, qui n'attirent pas autant de médecins que des domaines plus rémunérateurs. "C'est vraiment essentiel dans le monde d'aujourd'hui parce que l'école de médecine coûte cher et que [les étudiants] s'endettent considérablement. Cela finit par influencer les spécialités dans lesquelles ils iront », a déclaré Brown.

"Si vous pouvez accorder une aide financière en fonction des besoins, vous aurez plus de chances d'avoir plus d'étudiants en médecine qui deviendront des médecins en médecine interne, des pédiatres ou des médecins de famille, ce qui, à mon avis, est vraiment excitant."

Avedisian, 85 ans, a construit une carrière réussie en tant que clarinettiste pour le Boston Pops et le Boston Ballet Orchestra après avoir obtenu son diplôme du College of Fine Arts de BU. Mais il a également des liens étroits avec l'école de médecine de BU par l'intermédiaire de son ami de toujours, Tchobanian, 93 ans.

Originaire de Rhode Island, Avedisian a déclaré que lui et Chobanian étaient des voisins proches lorsqu'ils étaient enfants et liés par leur héritage similaire – leurs deux parents ont fui la Turquie pendant le génocide des années 1910, puis s'est réinstallé pour construire une nouvelle vie à Pawtucket. Les deux hommes se sont reconnectés plus tard dans la vie, après avoir tous deux fréquenté l'Université de Boston et démarré leurs carrières radicalement différentes mais tout aussi prospères.

Alors que Chobanian était le doyen de la faculté de médecine de BU en 1988, par exemple, Avedisian appliquait les compétences d'évaluation des risques qu'il avait développées au cours de sa carrière musicale à des investissements financiers personnels, ce qui lui rapportait des centaines de millions de dollars et lui permettait de devenir philanthrope. 

—————————————————————————————————————-
Edward Avedisian (left), a retired clarinetist and philanthropist, donated $100 million to Boston University's medical school to honor his childhood friend, respected cardiologist and former BU president Aram V. Chobanian (right).
Edward Avedisian (left), a retired clarinetist and philanthropist, donated $100 million to Boston University's medical school to honor his childhood friend, respected cardiologist and former BU president Aram V. Chobanian (right).ERIN CLARK/GLOBE STAFF
Most philanthropists probably expect to see their own name on a building after making a sizeable donation to a public institution. But Edward Avedisian, a retired clarinetist and philanthropist who in August donated $100 million to Boston University’s medical school, chose instead to honor a childhood friend.

Renamed on Thursday, the Boston University Aram V. Chobanian & Edward Avedisian School of Medicine puts first the name of a former BU president and respected cardiologist who Avedisian has known for most of his life.

“Who knows me? Nobody,” Avedisian, a graduate of BU’s College of Fine Arts, told the Globe, adding that he had preferred not to have himself included in the medical school’s new name at all. “All right, so I made a few dollars, but who knows [Chobanian] in the medical field? An awful lot of people. … [His name] enhances the prestige of the university going forwar

Chobanian, for his part, was touched by the gesture, but equally humble. He refused to have his name on the school alone, and the two men reached a compromise in honoring both.

“I’m overwhelmed by the magnitude of the gift and and by the fact that my friendship with him, which was very special, also led to a very special contribution to the institution,” said Chobanian, who also previously served as the School of Medicine’s dean. “I know it will be great value to the medical school.”

Half of the donation money will be used to provide need-based financial aid and scholarships to future medical students, said Robert Brown, president of Boston University. A quarter will be used to support endowed professorships, which honor accomplished faculty and fund research. The final quarter will be used to “keep the school at the forefront of teaching and research,” according to a statement from the university.

“We’ve had very few gifts in our history of this magnitude,” Brown said. “It will support generations and generations of medical students.”

Brown said the donation could encourage medical students to pursue important specialties, like primary care, that don’t attract as many doctors as more high-paying fields.

“This is really critical in today’s world because because medical school is expensive, and [students] take on significant debt. That ends up influencing the specialties that they will go into,” Brown said. “If you can give need-based financial aid, you’re more likely to have more medical students that become internal medicine doctors, or pediatricians, or family medicine physicians, which I think is really exciting.”

Avedisian, 85, built a successful career as a clarinetist for the Boston Pops and Boston Ballet Orchestra after graduating from BU’s College of Fine Arts. But he also has close ties to BU’s school of medicine through his life-long friend, Chobanian, 93. A Rhode Island native, Avedisian said he and Chobanian were close neighbors as children and bonded over their similar heritage — both of their parents escaped Armenia during the genocide in the 1910s and then resettled to build a new life in Pawtucket.

The two men reconnected later in life, after they both attended Boston University and jump-started their radically different yet similarly prosperous careers. While Chobanian was the dean of BU’s School of Medicine in 1988, for instance, Avedisian was applying the risk-evaluation skills he developed during his musical career to personal financial investments — earning him hundreds of millions of dollars and allowing him to become a philanthropist.

source ; Armineh JOHANNES / presse US

image_pdfimage_print
Suivez-nous !

Articles similaires