Artsakh (Nagorny / Haut Karabagh) (2) : comment on en est arrivé là …

image_pdfimage_print

La situation s’envenime en février 1988, quand le parlement de la région vote son rattachement à l’Arménie.

Des combattants armés arméniens causent la mort de deux Azéris et provoquent la fuite de milliers de familles.

L’incident est enflammé en Azerbaïdjan, à Soumgaït, où les Arméniens sont pourchassés pendant trois jours jusqu’à ce que l’Armée rouge vienne rétablir l’ordre.

Le pogrom de Soumgaït est un pogrom causant la mort de civils arméniens dans la ville de Soumgaït (en azéri Sumqayıt) en République socialiste soviétique d'Azerbaïdjan (en URSS) le  au tout début de la guerre du Haut-Karabagh. Le nombre officiel de victimes fourni par les autorités s'élève à 30 personnes civiles. Le massacre a été perpétré par les forces armées azerbaïdjanaises. (wikipedia)

[En 1997, l'Assemblée de l'État de Californie fait du  le jour du souvenir du génocide arménien ainsi que celui des victimes du pogrom de Soumgaït de 1988 et de celui de Bakou en 1990]

 Tentant  l’impartialité devant la mobilisation de l’Arménie pour un règlement en sa faveur, Moscou demande aux belligérants de régler les tensions par les institutions du Parti et de l’État.

Inefficaces, les institutions ne désamorcent pas les tensions et la crise s’aggrave.

La violence est le moyen privilégié par l'Artsakh ( Nagorno-Karabakh) et l’Azerbaïdjan dans la gestion du conflit.

Les tensions forçent les soviétiques à intervenir.

Ils instaurent, en janvier 1990, l’état d’urgence et  une répression à Bakou où de nouveaux pogroms anti-arméniens ont lieu.

L’Armée rouge rencontre une farouche résistance, provoquant ainsi de nombreux décès parmi la population civile.

Avec la dislocation de l’URSS en 1991, les nationalistes à Bakou, la population et les élites veulent s’affranchir de la tutelle de Moscou suite aux violentes répressions.

L’Azerbaïdjan déclare son indépendance suivie  par l'Artsakh ( Nagorno-Karabakh).

L'Artsakh est sans reconnaissance internationale, l’Arménie ayant affirmé n’avoir aucune revendication territoriale contre Bakou,

La Russie refuse la demande d’incorporation du Karabakh dans la fédération.

C’est  la guerre ouverte entre Bakou et Stepanakert capitale de l'Artsakh ( Haut-Karabakh).

Les forces d'Artsakh  (Karabakh) remportent des succès et contrôlent l'Artsakh ( karabakh et des zones limitrophes, dont le corridor de Latchine, ce qui permet une jonction avec l’Arménie.

A la fin , l'armée occupe près de 20 % du territoire l de l’Azerbaïdjan.

La guerre déplace 350 000 Arméniens· d’Azerbaïdjan et 700 000 Azéris d’Arménie, du Karabakh et d’autres districts environnants.

à suivre

PHOTO / ARMINEH JOHANNES ("bébé au Karabagh")

image_pdfimage_print
Suivez-nous !

Articles similaires