Un film sur le pouvoir des images – le premier long métrage du réalisateur allemand Florian Hoffmann–rencontre à Erevan au Festival du Film Abricot d’Or

Tatouage Abricot d'Or
image_pdfimage_print

Un film sur le pouvoir et la manipulation des images – le premier long métrage du réalisateur allemand Florian Hoffmann–rencontre à Erevan au Festival du Film Abricot d'Or

Lorsque l'enseignant d'école élémentaire Khalil a accès aux vidéos de guerre de sa ville natale kurde de Cizre en Turquie et apprends que c'est sa sœur qu'il croyait morte a fait le video, il est d'abord troublé sans savoir trop quoi faire de cette information. Mais lorsqu'il découvre que les vidéos de guerre sont complètement ignorées par les médias allemands, il est persuadé de changer cela par tous les moyens possibles. Celà aussi est la motivation du réalisateur luimême. Florian Hoffmann a vécu cettes émotions d'impuissance face à la terreure.

avec Florian Hoffmann à l'ouverture de GAIFF

Je viens de le rencontrer à Erevan le 17 julliet, journée de la clôture du Festival du Film Abricot d'Or-GAIFF. Ici à Erevan Florian se trouve comme membre du jury international du 10 au 17.07.2022, en plus son film Stille Post avec le titre international Whispers of the war ouvre la section allemande le 11 julliet. 5 films ont été seléctionnés dans cette section, parmi eux Rimini, le dernier film d'Ulrich Seidl et Rabiye Kurnaz contre George W. Bush,l'adaptation de l'histoire d'une famille turque de Breme, ma ville. La section a été organisée par Natia Mikeladse Bachsoliani, la directrice du Goethe Institut à Erevan et ma voisine on pourrait dire car je loge tout proche de l'institut dans la residence Yezeguelian. Dans son film de fin d'études, Florian Hoffmann raconte une histoire palpitante basée sur des faits réels, il analyse le pouvoir des images et la construction du réel. Un film impressionnant d'un point de vue narratif et stylistique. A la fin de la séance Florian annonce que ce cee film n'est pas que le sien mais le resultat d'un effort en commun, des collaborateurs qui preferent ne pas etre nommés pour des motifs de sécurité. Florian lui meme s'est rendu a Cizre pour filmer, il étais le seule de ses copains a pouvoir voyager, car il avait le passport allemand. Les enregistrements que Florian Hoffmann a utilisés pour son film de fin d'études à la dffb existent vraiment. Ils viennent aussi de personnes capturant la réalité de la guerre à Cizre sur leurs téléphones portables tout en craignant pour leur vie. Hoffmann intègre cette cruauté capté sur place dans son long métrage qui, grâce à des personnages crédibles et une force narrative, captive le spectateur. Khalil, à travers les yeux duquel nous vivons l'histoire, est incarné par Hadi Khanjanpour. Vous pouvez sentir à quel point il se débat avec le fait qu'il ne peut rien faire pour son ancienne patrie dans sa vie actuelle. Ce conflit est reflété par sa partenaire Leyla, sa nièce et son oncle, mais aussi par les militants kurdes comme Hamid qui confrontent Khalil. L'impression d'authenticité est soutenue par la scénographie très soignée et le travail précis de la caméra. Stille Post ou Whispers of the war est un début obsédant, un film au sujet d'actualité avec un intelligent concept narratif.

L'intérêt pour la cause kurde est comprehensible, car pendant son enfance les parents de Florian, des réalisateurs suisses du film documentaire laissait Florian „chez ma famille kurde à Berlin“ (comme Florian l'appelle) quand il partaient pour filmer à l'étranger. Pendant notre entretien il me raconte qu'il y a des mentalités, des identités differents entre les kurdes. Et il les montrent toutes dans son film. Celle du militant Hamid qui lutte pour la cause, celle du protagoniste Khalil, qui embrace et s'adapte 100 procents à la mentalité allemande et veut oublier les problemes de son pay d'origine et celle de l'oncle du protagoniste qui opte pour un Kurdistan romantisée.

Stille Post a eu sa prémiere mondiale au Thessaloniki IFF, suivi côte à côte par les premiéres au Hofer Filmtage et au Tallinn Black Nights, où il a été récompensé avec le Prix du Public! Le prix pour la meilleure regie (Florian Hoffmann) et le prix pour le meilleur acteur principal (Hadi Khanjanpour) ont été décérnés au Achtung Berlin FF.

Alice Kanterian

image_pdfimage_print
Suivez-nous !

Articles similaires