mercredi 18 juillet 2018 - 22:30 | Paris
ArmenianEnglishFrenchGermanItalianPortugueseRussianSpanish

Diplomatie , espionnage ou guerre ?

Le 05/04/2018 | Par | Catégorie: INTERNATIONAL



pub
image_pdfimage_print

"Lors des cours de préparation au lycée, le colonel chargé de notre enseignement militaire disait : « Les ambassades et les consulats étrangers sont des institutions diplomatiques et aussi des foyers d’espionnage dans le pays. »

En 1943, l’affaire Cicéron fut un fait d’espionnage exemplaire, durant 9 mois consécutifs, le valet de l’Ambassade du Royaume-Uni d’Ankara fit passer aux diplomates allemands des photographies de haute importance. Cet événement fut baptisé «l’Affaire Cicéron ».

Lors de la Seconde Guerre de 1939-1945, la Turquie avait déclaré sa neutralité. Elle présentait par conséquent un terrain propice pour les affaires d’espionnage de toutes les parties belligérantes. Le peuple turc subissait, en outre, des restrictions, comme si le pays était en guerre. Malgré une neutralité affichée, la Turquie fournissait à l’Allemagne des denrées alimentaires par wagons réfrigérés et des métaux comme du chrome, matière indispensable pour la fabrication d’armement.

Franz Von Papen, ambassadeur d’Allemagne en poste à Ankara, jouait un rôle primordial dans ses approvisionnements. Une tentative d’attentat contre lui fut déjouée. Deux russes, dénommés Pavlov et Kornilov, furent arrêtés et emprisonnés jusqu’à la fin de la guerre. L’offensive de l’armée allemande contre l’Union soviétique atteignit son paroxysme lors de la bataille de Stalingrad.

En 1941, la Turquie (officiellement pays neutre) avait appelé sous les drapeaux 20 classes d’hommes de 25 à 45 ans issus des communautés arménienne, grecque et juive du pays. Dès lors, des familles entières furent séparées des hommes valides. L’armée turque avait aligné plusieurs divisions de soldats à la frontière avec l’URSS. L’attaque était prévue dès la chute de Stalingrad.

Mais le 2 février 1943, l’armée allemande commandée par feld-maréchal Friedrich Paulus capitulait. Après la défaite de l’Allemagne, les États-Unis (alliés pendant la guerre) cherchèrent à éprouver l’efficacité de la technologie militaire soviétique. Ils envoyèrent un avion d’espion de reconnaissance type U-2 au-dessus de l’URSS piloté par Francis Gary Powers, spécialement recruté par la CIA. Powers avait reçu des instructions précises au cas où son avion serait abattu. En effet l’avion espion U-2 fut intercepté dans l’espace aérien soviétique, le pilote américain fut capturé. Plusieurs années se sont écoulées depuis la fin de la guerre. Le 26 décembre 1991, l’URSS s’est disloquée. Le savoir-faire technologique du pays fut partagé parmi les 15 anciennes républiques soviétiques.

État fédéral, la Russie est la plus grande de ces anciennes républiques par sa superficie mais aussi la plus riche par sa technologie et ses ressources naturelles en hydrocarbures. Certes, au début, la transition s’est faite avec d’énormes sacrifices pour le peuple. Mais, actuellement, le niveau de vie s’est amélioré, et la Russie est devenue un pays attractif pour les investissements étrangers.

Ancien membre du KGB d’URSS, Vladimir Poutine préside au destin de la Russie. Chrétien orthodoxe, il ne manque pas une occasion d’honorer son église de sa présence lors des grandes occasions. Le 1er mars 2018, avant les élections présidentielles, le candidat Poutine présenta pendant plus d’une heure son programme devant les membres de l’Assemblée Fédérale.

 La première partie de son exposé fut consacrée à l’amélioration du niveau de vie des citoyens et aux moyens financiers pour y parvenir ; la seconde partie concernait la défense du territoire.

Contrairement à l’époque soviétique, il divulgua une panoplie de nouveaux armements qui avaient fait leurs preuves, lors de la guerre en Syrie. L’exposé de V. Poutine aurait-il effrayé l’Europe et en particulier les États-Unis ?

À l’inverse, le peuple russe qui avait subi dans sa chair les horreurs de la guerre était-il rassuré par l’exposé du futur candidat à la présidentielle ? Début mars 2018, l’ex-espion russe Sergueï Skripal et sa fille étaient retrouvés empoisonnés à Salisbury.

Immédiatement, la première ministre britannique, Theresa May accusa la Russie de cet attentat, lors du sommet des chefs d’États de l’Union Européenne. Le 18 mars 2018 V. Poutine fut réélu président avec un nombre des voix sans précédent. Au vu de ces faits et à la veille de négociations importantes sur la fourniture de gaz et de l’ouverture de la coupe du monde de football en juin 2018 en Russie, quel intérêt pouvait tirer le président Poutine en éliminant par empoisonnement un ex-espion russe ?

Sur le col empoisonné du manteau que portait Sergueï Skripal n’y avait-il pas une marque usée et à moitié effacée où l’on pouvait lire UK ?

La montée en puissance de la Russie inquiète les États-Unis d’Amérique. Une nouvelle crise financière se profile, menaçant les marchés boursiers. L’émergence des BRICS et de l’Eurasie redistribue les cartes.

La Russie et les États-Unis iront-ils vers une entente ou une confrontation ? Avant les élections en Russie, un journaliste étranger avait posé une question à Vladimir Poutine « Si les États-Unis déclenchent une guerre contre la Russie qui en sortira vainqueur ?  La réponse ne tarda pas : « Ça sera la fin du monde. »

Ne faut-il pas bannir les guerres et chercher par les moyens diplomatiques une entente cordiale et une coopération entre les peuples en arrêtant le surarmement car la vie est le don le plus précieux des hommes ?"

Nersès Durman



Tags: , , , , , , , , , , , , , , , ,
Nouvel Hay Magazine sur Facebook Nouvel Hay Magazine sur Twitter Nouvel Hay Magazine sur Google+ Welcome to NHM TV !