vendredi 17 novembre 2017 - 18:33 | Paris
ArmenianEnglishFrenchGermanItalianPortugueseRussianSpanish

La Promesse(The Promise):Novembre, Jeudi 16 à 20h à Lyon, Dimanche 19 à 16h à Dax, Mardi 21 à 19h30 à Cannes, et à 20h à Paris , Vendredi 24 à 18h30 à Marseille, l’un des films indépendants les plus chers d’Hollywood ou quand la Marine française sauve les Arméniens

Le 03/11/2017 | Par | Catégorie: ÉVÉNEMENTS


image_pdfimage_print

Avant-premières en France de "La Promesse" avec Charlotte LeBon et Jean Reno,

Jeudi 16 Novembre 2017 à 20 heures (accueil à partir de 19 heures 30) au CINEMA PATHE-VAISE à LYON 

43 rue des Docks         Lyon 9ème Métro Gare de Vaise puis Bus 31 ou 43 ,arrêt Laborde ou bien Parking Auto

 

 

 

 

                                                                                                                                                                       

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Dimanche 19 Novembre 2017 à 16 heures :

Le Grand Club 11 avenue du Sabblar  à Dax

—————————————————————–

mardi 21 novembre 2017 à 19h30 :CINEMA LES ARCADES, 77 rue Félix Faure à CANNES (06) 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

—————————————————————————–

et mardi 21 Novembre 2017 à 20 heures au centre culturel de l'UGAB 118 rue de Courcelles 75017 Paris

uniquement par inscription (1er arrivé , 1er inscrit) et priorité sera donnée  aux actionnaires de CPCF Films

avec le  : 

Cabinet Denis Parseghian, Président

Cabinet Denis Parseghian sasu

N° ORIAS       : 13001723                Tél :   01 70 68 21 37
N° Agrément CIF  : F000276            Port : 06 08 73 22 42

N° Carte T       : 92/A/0587

 

Bureau : 15, rue de Miromesnil 75008 Paris

Siège : 29, rue Gallieni 92240 Malakoff

———————————————————————————-

vendredi 24 Novembre à 18 heures 30 à (13) Marseille 

Cinéma Le César

Réalisation:Terry George, scénario:Robin Swicord et Terry George, image:Javier Aguirresarobe

interprétation: Oscar Isaac, Christian Bale, Charlotte Le Bon, Jean Reno…

1914, la Grande Guerre menace d’éclater tandis que s’effondre le puissant Empire Ottoman. À Constantinople, Michael, jeune étudiant arménien en médecine et Chris, reporter photographe américain, se disputent les faveurs de la belle Anna. Tandis que les dirigeants de l’Empire ottoman font massacrer leurs minorités ethniques , et organisent avec "l'Organisation Spéciale"  le génocide des Arméniens , ils doivent unir leurs forces pour tenir une seule promesse : survivre et témoigner                         

—————————————————————————

"La Promesse" résulte de la volonté de feu l’homme d’affaires d’origine arménienne Kirk Kerkorian, ancien propriétaire du studio de la Metro-Goldwyn-Mayer, qui voulait porter à l’écran le génocide des Arméniens à la manière d’une grande fresque historique. Il a intégralement financé “The Promise” qui, avec un budget de plus 100 millions de dollars, est l’un des films indépendants les plus chers de l’histoire d’Hollywood .

Acteurs

Charlotte Le Bon

"Anna Khesarian"

Christian Bale

"Chris Myers"

Oscar Isaac

"Michael Boghosian"

Abel Folk

"Harout"

le film, sorti aux États-Unis en avril 2017 sous le titre The Promise, évoque l’opération menée en 1915 par cinq bâtiments de l’escadre de la Marine française en Méditerranée, qui a permis de sauver plus de 4 000 chrétiens arméniens. Est-il vraiment surprenant que ce film qui évoque une opération des plus honorables de la Marine française, n’ait bénéficié d’aucun financement français pour sa production ? L’historien arménien Georges Kevorkian a consacré un ouvrage à cette opération : La Flotte française au secours des Arméniens. 1909-1915 (Marines Éditions, 2008). L’auteur avait accordé à l’hebdomadaire Le Point, en 2008, un long entretien notamment sur l’opération dite de Musa Dagh (Mont Moïse), qu’évoque le film. Voici un extrait de cet entretien :

En 1915, des Arméniens de la région du mont Moïse, sur le golfe d’Alexandrette (aujourd’hui Iskenderun), sont acculés par les Turcs. Leur salut viendra de la mer et de la marine française. Pourquoi est-elle intervenue ?

Fin octobre 1914, l’Empire ottoman se joint aux forces allemandes et autrichiennes (Empires centraux) pour combattre le bloc des pays de l’Entente (Grande-BretagneFrance et Russie). C’est ce qu’on a appelé le “théâtre oriental” de la Grande Guerre. En septembre 1915, la 3e escadre de la flotte de combat française en Méditerranée, aux ordres de l’amiral Gabriel Darrieus (qui vient de prendre le relais de l’amiral Louis Dartige du Fournet devenant chef de l’armée navale en Méditerranée), patrouille le long des côtes de Syrie, proches du golfe d’Alexandrette et du mont Moïse (Musa Dagh). Le 10 septembre, le croiseur Guichen aperçoit des groupes d’hommes descendant de la montagne vers la plage : plusieurs milliers d’Arméniens acculés à la mer fuient la barbarie des Turcs qui les pourchassent pour les déporter (la mort leur étant promise), en application du crime “génocidaire” décidé par les autorités ottomanes. Ils brandissent un pavillon de la Croix-Rouge, des pavillons français, et (dit-on) un drap sur lequel a été dessinée la croix du Christ. La décision est prise par l’amiral Dartige du Fournet, avant de quitter son escadre : « Il faut sauver ces Arméniens chrétiens (combattants, femmes, enfants, vieillards) du joug des bachi-bouzouks, des Turcs, nos ennemis. »

Dans quelles conditions cette opération de sauvetage de grande ampleur s’est-elle déroulée ? Quel en fut le bilan ?

L’accord demandé aux autorités françaises de Paris tarde à venir, mais l’organisation du secours est bien en place et sera exécutée par l’amiral Darrieus du 11 au 13 septembre. Au total, le nombre d’Arméniens sauvés par cette opération navale s’élève, très exactement, à 4 092, dont 8 blessés, répartis comme suit : le croiseur cuirassé amiral Charner : 347, le croiseur cuirassé Desaix : 303, le croiseur de 3e classe D’Estrées : 459, le croiseur auxiliaire Foudre : 1 042, le croiseur de 1re classe Guichen : 1 941. Ces réfugiés vont être placés dans des camps situés à proximité de Port-Saïd, grâce à l’accord des autorités anglaises qui les accueillent le 14 septembre. Parmi ces réfugiés se trouvent des combattants dont certains rejoindront la légion arménienne du général français Julien Dufieux, en 1920.

sources : Le Point , Medias-Press.Info 1er novembre

Le génocide arménien ou génocide des Arméniens (Հայոց ցեղասպանություն : Hayots tseghaspanoutyoun en arménienErmeni Soykırımı en turc) est un génocide perpétré d'avril 1915 à juillet 1916, voire 1923, au cours duquel les deux tiers des Arméniens qui vivent alors sur le territoire actuel de la Turquie périssent du fait de déportationsfamines et massacres de grande ampleur. Il est planifié et exécuté par le parti au pouvoir à l'époque, le Comité Union et Progrès (CUP), plus connu sous le nom de « Jeunes-Turcs », composé en particulier du triumvirat d'officiers Talaat PachaEnver Pacha et Djemal Pacha, qui dirige l'Empire ottoman alors engagé dans la Première Guerre mondiale aux côtés des Empires centraux. Il coûte la vie à environ un million cinq cent mille Arméniens d'Anatolie et d'Arménie occidentale.

Les déportations et massacres sont préparés et organisés depuis Constantinople, alors capitale de l'Empire, et mis en œuvre à l'échelle locale par les responsables des divers districts et provinces. Chaque responsable local est chargé de rassembler ses administrés arméniens, puis les soldats et gendarmes ottomans escortent les convois jusqu'au désert dans des « marches de la mort » et procèdent eux-mêmes aux assassinats ou laissent libre cours à la violence de groupes de bandits armés majoritairement kurdes. De nombreux criminels, regroupés dans ce qui sera connu comme l'« Organisation spéciale », ont été libérés par les autorités à cette fin.

source : wikipedia.fr

 

 

 



Tags: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,
Nouvel Hay Magazine sur Facebook Nouvel Hay Magazine sur Twitter Nouvel Hay Magazine sur Google+ Welcome to NHM TV !