Le mardi 5 décembre 2017 avec nos députés français au 118 rue de Courcelles 75017 Paris, avec l’UGAB et NAM

Rendez-vous des NAM

Nouvelles d’Arménie Magazine

en partenariat avec l’UGAB France

vous invite à la 8ème édition des 
Rendez-vous des NAM pour une conférence avec les députés 
Danièle Cazarian, Jacques Marilossian, Guillaume Kasparian et Nadia Essayan, 
sur le thème :

« Quand la société civile s'empare de la politique ? »

Mardi 05 décembre 2017

À 20h00

Centre Culturel Alex Manoogian

118, rue de Courcelles

75017 Paris

Six mois après les élections législatives qui ont vu l’élection de quatre député(e)s français d’origine arménienne ou apparentés à l’Assemblée Nationale, la montée en puissance de la société civile dans l’espace politique n’est plus à démontrer. Qu’est-ce que cela signifie en termes de transformation de la vie institutionnelle et politique à l’heure de la France de Macron ? Comment expliquer le “dégagisme“ qui caractérise la vie politique française depuis un an et qui se caractérise par l’apparition de personnalités issues du monde extra-politique ? Pour en parler mais aussi pour évoquer d’autres thématiques qui tiennent à coeur les Français d’origine arménienne, quatre députés Danièle Cazarian, Jacques Marilossian, Guillaume Kasparian (La République en marche) et Nadia Essayan (Modem), tous membres de la majorité présidentielle, ont répondu spontanément à l’invitation des NAM.

Liens connexes :

Nouvelles d'Arménie Magazine

UGAB - Union Générale Arménienne de Bienfaisance




Rony Brauman , fondateur de MSF , à l’UGAB , vendredi 23 septembre 2016 à 20 heures

bromann

médecin, auteur et fondateur de Médecins sans frontières.

Le thème :

“Guerres et action humanitaire, les nouveaux défis“.

Vendredi 23 septembre à 20h 
Centre culturel Alex Manoogian de l’UGAB 
118 rue de Courcelles – 75017 Paris 
Entrée libre 
Réservations : contact@ugabfrance.org




Rencontre – Débat autour de l’ouvrage « La Turquie et le Fantôme Arménien » ce jeudi 4 avril 2013

UGAB PARIS

Laure Marchand et Guillaume Perrier

À l’occasion du lancement d’un partenariat

entre NAM et l’UGAB pour un cycle de conférences,

L’UGAB et NAM proposent de participer

à une rencontre – débat autour de l’ouvrage

« La Turquie et le Fantôme Arménien »

de

Laure Marchand et Guillaume Perrier,

Jeudi 4 avril 2013

À 20h30

Centre Culturel Alex Manoogian

118, rue de Courcelles

75017 PARIS

Le premier génocide du XXme siècle reste impuni. La Turquie continue de nier les massacres de plus d’un million d’Arméniens ottomans pendant la Première Guerre mondiale et s’efforce d’effacer les traces de ce crime.

Présents en Turquie depuis bientôt une décennie, deux journalistes, Laure Marchand et Guillaume Perrier, ont mené une vaste enquête de terrain – une première – sur la mémoire du génocide dans la Turquie d’aujourd’hui. Ils ont retrouvé des survivants, des Arméniens convertis à l’islam pour être épargnés, des descendants de Justes turcs qui ont sauvé des Arméniens, des témoignages enfouis dans le silence, des traditions et des églises qui ont survécu à un siècle de déni et d’hostilité.

D’Istanbul à la frontière irakienne, de la mer Noire à la Méditerranée, les deux auteurs ont rassemblé les preuves bien vivantes et si nombreuses du génocide.

À deux ans du centenaire des massacres, ces récits, ces reportages et ces rencontres dessinent le portrait d’un pays malade de son négationnisme, hanté par ce passé qui ne passe pas. Même si des Turcs se battent courageusement contre l’idéologie officielle, à l’instar de Taner Akçam, qui préface ce livre.

Enfin, la Turquie et le Fantôme arménien apportera des éléments au débat en cours en France sur la pénalisation de la négation du génocide arménien – la loi votée en janvier 2012 puis refusée par le Conseil constitutionnel ; le président François Hollande a promis un nouveau texte.

Laure Marchand est la correspondante du Figaro et du Nouvel Observateur en Turquie, et Guillaume Perrier est le correspondant du journal Le Monde. Il tient également le blog Au fil du Bosphore.

De l’ouverture des négociations d’adhésion à l’UE en décembre 2004, à aujourd’hui, ils ont suivi pas à pas les transformations que connait la Turquie, notamment sur “la question arménienne“, l’une des plus sensibles.

 

Préfacé par Taner Akçam

Sources :

UGAB EUROPE




Manifestation à Lyon pour libérer l’étudiante Sevil Sevimli emprisonnée en Turquie

Manifestation à Lyon pour la libération de l'étudiante écrouée en Turquie

Plusieurs centaines de personnes, 350 selon la police, ont manifesté dimanche après-midi à Lyon pour réclamer la libération de Sevil Sevimli, étudiante franco-turque de 21 ans incarcérée en Turquie depuis le 10 mai, soupçonnée de liens avec une organisation clandestine d’extrême gauche.
Scandant +Liberté pour Sevil+, les manifestants, parmi lesquels des étudiants, des amis et des membres de la communauté turque, ont défilé pendant près de deux heures jusqu’à la place Bellecour, dans le centre-ville, à l’appel du comité de soutien.

Sevil Semvili retenue en TurquieVêtues d’un T-shirt sur lequel était imprimé un portrait de la jeune femme, des étudiantes brandissaient une banderole sur laquelle était inscrit le mot liberté en français et en turc, a constaté une journaliste de l’AFP.
« Nous demandons au président François Hollande et au ministre des Affaires étrangères Laurent Fabius d’agir auprès des autorités turques pour garantir le respect des droits consulaires de Sevil », a déclaré Sinem, porte-parole du comité de soutien.
Etudiante en 3e année de licence information-communication à l’université Lumière Lyon II, la jeune Franco-Turque, qui étudiait à l’université Anatolie d’Eskisehir dans le cadre d’un échange Erasmus, est incarcérée « sous un chef d’inculpation gravissime (il est question de +terrorisme+) que rien, absolument rien ne vient étayer », avait souligné vendredi dans un communiqué Jean-Luc Mayaud, le président de Lyon II, réclamant sa « libération immédiate ».
Selon les autorités turques, Sevil Sevimli est accusée de liens avec le DHKP-C, le Front-Parti de libération du peuple révolutionnaire, un mouvement figurant sur la liste des organisations terroristes de l’Union européenne et à l’origine de nombreux attentats contre l’Etat turc. Elle encourt 12 ans de prison.

[youtube]http://www.youtube.com/watch?v=snWM2Mr2ijc[/youtube]

Sources :
Le Parisien Manifestation à Lyon pour la libération de l’étudiante écrouée en Turquie

Dans la presse :
Collectif VAN Arrestation de Sevil Sevimli d’une étudiante française

Nouvelles d'Arménie Magazine L’université Lyon 2 appelle à la libération immédiate de son étudiante

Europe 1 Une Française prisonnière en Turquie




Charles Aznavour remercie Nicolas Sarkozy

Charles Aznavour

Charles Aznavour a tenu à remercier par courrier le chef de l’Etat pour son combat en faveur de la reconnaissance du génocide arménien.

Le chanteur fait part dans une lettre adressée à Nicolas Sarkozy de ses « sentiments de fierté, de reconnaissance et de justice rendue » après l’adoption de la loi sur la pénalisation de la négation des génocides, dont celui des Arméniens.

« Ce sont les sentiments de fierté, de reconnaissance et de justice rendue que nous partageons tous aujourd’hui après l’adoption par notre Assemblée nationale de la proposition de loi sur la pénalisation de la négation du génocide arménien.
Il y a dix ans, la France avait inspiré des sentiments de fierté aux 500 000 Français d’origine arménienne, en devenant le premier Etat au monde à donner force de loi à la reconnaissance du Génocide arménien. Aujourd’hui, nous sommes fiers que notre Assemblée nationale préconise la pénalisation du négationnisme. »

 

Lettre à M. Sarkozy
Lettre au format PDF

L’Assemblée nationale a adopté jeudi une proposition de loi UMP réprimant la négation de tout génocide, suscitant la colère des autorités turques. Le texte doit désormais être inscrit à l’ordre du jour du Sénat.

Sources:
http://www.lexpress.fr/actualite/politique/genocide-armenien-aznavour-ecrit-a-sarkozy_1065572.html
http://www.armenews.com/article.php3?id_article=75673




« La Mouche du coche, lettre ouverte à Pierre Nora »

Lettre ouverte à Pierre NoraTrès cher Monsieur, Honorable et Très Vénérable Historien, que vous vous opposiez à une loi pénalisant la négation du génocide arménien, voilà qui est votre droit le plus absolu. Le débat est ouvert et je suis démocrate, je suis donc ravie d’avoir des contradicteurs. Cependant, j’aime les contradicteurs compétents.
Que vous vous opposiez à une loi spécifique pénalisant la négation du génocide arménien, passe, mais que vous tergiversiez à admettre que ce qu’ont subi les Arméniens en 1915 était un génocide, tout en reconnaissant que vous n’êtes pas spécialiste de la question, voilà qui me dépasse. Que vous alliez jusqu’à appeler “génocide“ le fait d’écraser trois mouches, voilà qui me consterne. Je conçois tout à fait votre affection démesurée pour les mouches, tout bon théologien vous dira par ailleurs qu’elles ont aussi leur Seigneur, mais de là à mettre le “massacre“ de trois mouches sur le même plan que le massacre d’1,5 million de personnes innocentes, voilà qui relève clairement de l’insulte.
Il reste des survivants du génocide. Il reste des descendants de victimes. Il reste enfin le mensonge continuel de l’Etat turc, qui est une insulte permanente à ces victimes et à leurs descendants. C’est pour ne plus avoir à subir ces insultes ici, dans le pays des Droits de l’Homme, que nous demandons une loi pour nous protéger. Je n’apprécie pas que l’on compare mes grands-parents à des mouches, pas plus que je n’apprécie que l’on nie ce qu’ils ont subi.
“Mais en quoi cela concerne-t-il la France ?“ demandez-vous. Et bien Monsieur, selon vous, en quoi les Arméniens étaient-ils concernés par la défense de la France pendant la guerre de 40 ? Faut-il vous rappeler le nombre de Résistants armeniens fusillés pendant la deuxième guerre mondiale ? Et pourtant, en quoi étaient-ils concernés ? C’est que, Monsieur, le sentiment d’appartenir à l’humanité ne connaît pas de frontières. Oui, 1,5 millions de femmes, d’enfants, de vieillards et d’hommes massacrés, voilà qui concerne le pays des Droits de l’Homme, d’autant plus quand ce pays a ouvert ses bras aux réfugiés.
Enfin, faut-il vous rappeler que les Jeunes-Turcs avaient pour modèle… La France ?

Aussi Monsieur, si vous voulez débattre, faites-le, mais gardez je vous prie le respect dû à toute créature vivante, fût-elle inférieure à vos yeux à une mouche.

Bien à vous
La Mouche du Coche

Source: http://www.armenews.com/article.php3?id_article=73729