mardi 24 mai 2022 - 02:44 | Paris
ArmenianEnglishFrenchGermanItalianPortugueseRussianSpanish

Une analyse , un point de vue

Le 09/05/2022 | Par | Catégorie: ARCHIVES



image_pdfimage_print

Depuis plus d’un siècle, le courageux peuple arménien est victime de
l’irresponsabilité des partis politiques en premier desquels se trouve le parti dachnak (tachnag en arménien occidental, ndlr)

Après l’éclatement de l’URSS, la petite République arménienne du Caucase est
devenue indépendante, le 21 septembre 1991. Malheureusement, pendant plus de
30 ans, les gouvernements et les présidents de l’Arménie furent marqués du sceau
de la corruption. Le peuple se retrouvait exsangue, alors que les dirigeants successifs
se faisaient construire villas et palais et accumulaient des fortunes à l’étranger

jusqu’au jour où Nikol Pashniyan à la tête d’une équipe bien structurée a pris le
pouvoir. Mais l’attaque sournoise de l’Azerbaïdjan contre l’Artsakh a fait vaciller le
gouvernement de Pashiniyan. Ce conflit mené par les troupes azerbaïdjanaises, encadrées par des généraux
turcs et renforcées de mercenaires djihadistes syriens, dura 44 jours en causant des pertes énormes dans
l’armée arménienne. Le rapport de forces ainsi que l’armement sophistiqué dont l’ennemi disposait eut pour
conséquences des milliers de morts et de blessés arméniens. Imposant un cessez le feu, l’intervention de la
Russie mit un terme à ce que l’on peut considérer comme un massacre. Beaucoup d’Arméniens voyaient dans ce
conflit la continuation du génocide débuté en 1915.

Profitant de la situation dramatique dans laquelle se trouvait l’Arménie, les opposants à Pashniyan en profitèrent
pour demander la démission du Premier ministre. Afin d’éviter une éventuelle guerre civile dans le pays, les
autorités arméniennes acceptèrent les propositions de l’opposition et organisèrent des élections législatives qui
renforcèrent la position de Pashiniyan. Fort de ce soutien populaire, Pashiniyan dans un souci de concorde
nationale, proposa même à des membres de l’opposition de rejoindre son équipe gouvernementale. Mais force
est de constater que l’intérêt particulier prime toujours sur l’intérêt général et le Premier ministre se heurta à un
refus.

La récente guerre entre la Russie et l’Ukraine redonna l’occasion à l’opposition avec à sa tête la FRA
Dachnaksoutioun d’organiser des manifestations et des blocages dans la capitale Erevan. Ce parti politique qui
se targue de défendre le peuple arménien s’était illustré dans l’Histoire arménienne :

En 1896 avec la prise de la Banque Ottomane qui s’acheva en représailles par les massacres de Koum Kapou ;

Et avec la révolution avortée de février 1921 lors de la réunion de Moscou, qui laissa l'Arménie sans
gouvernement pendant plus de 3 mois. Profitant de l'absence de la délégation arménienne de Moscou, Staline
rattacha le Haut-Karabakh à Azerbaïdjan, situation dont les Arméniens souffrent atrocement aujourd’hui.
Tous ces politiciens qui s’agitent dans les rues n’ont en réalité qu’un seul but accéder de nouveau au pouvoir
pour continuer à amasser de l’argent en méprisant le peuple arménien qu’ils manipulent selon leurs besoins.
Un espoir est-il possible ?

Les rescapés du génocide de 1915 prouvent que la volonté de survie de ce peuple est réelle. Il faut continuer de
croire que les Arméniens d’Arménie, d’Artsakh et de Diaspora pourront construire une force puissante pour
combattre tous ses ennemis intérieurs et extérieurs.

Nersès Durman-Arabyan

image_pdfimage_print


Nouvel Hay Magazine sur Facebook Nouvel Hay Magazine sur Twitter Nouvel Hay Magazine sur Instagram Welcome to NHM TV !