samedi 19 juin 2021 - 16:30 | Paris
ArmenianEnglishFrenchGermanItalianPortugueseRussianSpanish

Ils avaient fait la richesse de la Turquie , le génocide l’a appauvrie : mais les Arméniens ont survécu et sont plus forts hors de Turquie

Le 05/05/2021 | Par | Catégorie: INTERNATIONAL



image_pdfimage_print

L'historien grec d'Istanbul Stefanos Yerasimos dans son livre "Nationalités et

frontières" fournit des chiffres sur la ville portuaire de Samsun,  sur la Mer Noire.

 

En 1914 la ville était connectée au reseau ferroviaire de l'Empire et comptait

5 000 Grecs sur une population de 11 000 habitants avec des entreprises

artisanales  et la plus importante manufacture de tabac.

La ville est un exemple du processus d'industrialisation à micro échelle,

entrepris par les Grecs et les Arméniens, que le Génocide a détruit  et n'a pas 

permis d'evoluer.

Dans la province de Sivas,  en Anatolie centrale, la quasi totalité des activités

industrielles  et commerciales étaiet détenues par les Arméniens et les chiffres

en disent long :

-Sur 166 importateurs  141 étaient Arméniens ou Grecs.

-Sur 150 exportateurs  127 étaient Arméniens  

-Sur 37 banquiers 32 etaient  Arméniens

-Sur 9800 commerçants et artisans 6800 étaient Arméniens.

On constate le même tableau dans l'industrie avec 130 usines et minoteries : 130

appartiennent aux Arméniens.

A Sivas, ville loin des centres comme Constantinople ou Smyrne (actuelle Izmir) on

assiste à la décomposition de la vie commerciale et industrielle  et une lueur

de développement apparaitra un demi-siecle plus tard.

Au début du XXe siecle  le tiers de la population était armenienne à Kayseri

(Césarée). L'usine textile des freres Hasirciyan, établie en 1856 comptait 300

métiers a tisser et la production était  surtout destinée à l'exportation.

Le sous-developpement de la jeune Republique turque,  bâtie sur le sang et le 

butin des chrétiens ottomans,  a ete eclipsé par le slogan kémaliste "Une 

Turquie  victorieuse  dans  sa lutte  contre les impérialistes" . Le quotidien

Hurriyet (Liberté) vaisseau amiral de la presse turque , fondé par un ''dönmé'

(juif converti à l'islam) utilise encore de nos jours le slogan "La Turquie aux

Turcs" . Chose faite au fil des ans mais il est difficile de constater la population

turque qui a quitté le pays pour une meilleure vie en Europe(plus de cinq

millions) et les Amériques( 400.000(*)

Le racisme institutionnel et social, la xénophobie et l'ignorance imposées par

l'idéologie kémaliste ont developpé  une interprétation mensongère  du sous-

développement accusant l'imperialisme occidental responsable de toutes les

pertes économiques  et le frein du developpement.

 

(*) Chiffres  officiels fournis par le ministere turc des Affaires Etrangeres.

      Pour un nombre plus précis une majoration de 10 a 15 pourcent s'impose.

Zaven Gudsuz

zaven471@hotmail.com

Zaven Gudsuz est diplômé d'économie de l'Université de Nantes

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

image_pdfimage_print


Tags: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,
Nouvel Hay Magazine sur Facebook Nouvel Hay Magazine sur Twitter Nouvel Hay Magazine sur Instagram Welcome to NHM TV !