samedi 24 octobre 2020 - 17:24 | Paris
ArmenianEnglishFrenchGermanItalianPortugueseRussianSpanish

« J’irai cracher sur vos tombes » (Boris Vian)

Le 16/09/2020 | Par | Catégorie: SOCIÉTÉ



image_pdfimage_print
En Turquie , même morts,  les Arméniens ne sont pas en
sécurité et le gouvernement attise la haine contre les non-
musulmans et aussi envers la communauté alévie qui est
musulmane mais non sunnite.
 
Aux environs de la capitale Ankara, le cimetière arménien
de Stanoz (actuel Sincan) a été la cible des chasseurs de
trésor.
Une aire de picnic était déjà implantée sur une partie du
cimetière dont les barbelés de protection ont ete retirés 
afin d'aggrandir un vignoble adjacent.
 
Cependant, il reste quelques pierres tombales avec des
inscriptions arméniennes et des sculptures en croix.
 
Le deputé turc d'origine armenienne, Garo Paylan a soulevé la
question au ministre de la Culture par le biais  d'une
motion parlementaire qui n'a aucune chance de venir a
l'ordre du jour du parlement turc.
 
De tels actes de profanation  ont été récemment observés
au cimetière chretien d'Ortaköy, près d'Ankara, où 20 des 
72 pierres tombales ont été saccagées par six jeunes dont
un lycéen.
 
Zaven Gudsuz
zaven471@hotmail.com
 
———————————————————————————

Stanoz – autrefois un village arménien prospère à l’époque ottomane, maintenant, rien que des ruines et des pierres tombales. Ce merveilleux patrimoine culturel est situé dans la banlieue d’Ankara et il disparaît jour après jour.

Brève histoire de Stanoz

De vieux manuscrits arméniens révèlent que les premiers habitants du village de Stanoz sont venus de Cilicie au XVe siècle. Comme le montrent les documents, la population de Stanoz avant la Première Guerre mondiale était de 3142 personnes (668 familles) et se composait uniquement d’Arméniens. Jusqu’à son abandon, Stanoz est resté une colonie de langue arménienne.

Les habitants de ce village étaient connus pour leur artisanat particulier dans la fabrication de tapis, la broderie et la transformation du cuir. En outre, ils ont produit du tissu à partir de cheveux de chèvre d’Ankara, qui était un produit très demandé en Europe. En outre, ils étaient également adeptes de l’agriculture, de l’élevage et de la construction.

Malheureusement, aujourd’hui, nous ne pouvons pas considérer Stanoz comme un site patrimonial bien préservé. En raison de nombreux facteurs, un cimetière, un pont de pierre et les ruines d’une église arménienne sont les seules choses qui restent de ce village historiquement important.

Ci-dessous vous pouvez voir comment Stanoz ressemblait au 19ème siècle.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



Tags: , , , , , , , , , , , , ,
Nouvel Hay Magazine sur Facebook Nouvel Hay Magazine sur Twitter Nouvel Hay Magazine sur Google+ Welcome to NHM TV !