lundi 10 août 2020 - 00:32 | Paris
ArmenianEnglishFrenchGermanItalianPortugueseRussianSpanish

Le 4 juillet c’est la fête nationale aux USA

Le 04/07/2020 | Par | Catégorie: ARCHIVES



image_pdfimage_print
Le 4 juillet, suivi du 14 juillet, étaient, pendant plusieurs années, une grande
fête où toute la famille se retrouvait
 à Big Bear, (petite station familiale de ski à 3h de Los Angeles,ndlr),
notre belle cabane sous des beaux arbres verts et un lac tout bleu superbe où
apres s'être gavés des agapes de rigueur pendant la journée, les feux d'artifices
finissaient les danses sur le macadam du
village.  On chantait, on dansait naturellement et on recevait les amis toujours,
ce qui rendait le weekend plus intéressant,
plus agréable et plus festif.
 
Cette année on se bat avec les échafauds modernes.  Il y a quelques centaines, le peuple français s'est revolté et a coupé
la tête des rois, des princes, des ducs, des poètes ("Fabre d'Eglantine, si jeune & si charmant avec son nom d'été", ndlr) ,
des politiciens, des savants, et des milliers d'innocents….mais en 2020
l'échafaud est le petit virus qui effraye la planète en entier, les morts sont morts et le sort de ceux supposés guéris est
incertain.  Les bars, les bistros, les cafés, les restaurants, même avec permission, sont vides, le malaise et le sceptre de la
mort effraie ceux qui sont conscients. Les cinémas, les théâtres, les voyages, les visites, la vie telle que l'on vivait a
disparu et pour le refaire, la France subit les malédictions de tous les étrangers à qui elle a donné domicile (la France a
toujours accueilli les réfugiés/ex: Arméniens rescapés du génocide, ndlr). 
 
Aux Etats-Unis, l'année des élections, comment choisir un président pour gouverner une nation formée d'au moins 300
différentes nationalités, d'une centaine de religions permises par la loi à part le christianisme qui est supposé être la
religion du jour,déjà divisée par elle-même: voir les temples, les mosquées, les prêtres à chirval, à turban prêchaient la
religion qu'ils ont amenée avec beaucoup de diligence.  Un président critiqué a chaque pas, supposé comprendre les
pêchés du passé et celui de l'avenir, des jeunes grandis libéralement qui veulent eux, ne pas travailler pour leur rêve,
mais les autres. Et qui sont les autres, les parents, le pays, les riches à millions, les moins riches : quel charabias.
 
Nos fêtes, jours de torture, et pas de jours de gloire. Avec tout le pessimisme de ma lettre, je vous souhaite de
vraiment ne pas s'en faire, en attendant des solutions à nos maux par miracle. 
 
Adrienne Sagherian
 
——————————————————————————————————–

Le Jour de l’Indépendance (en anglais : Independence Day ou Fourth of July) est la fête nationale des États-Unis

commémorant la Déclaration d'indépendance du , vis-à-vis de la Grande-Bretagne.

Ce jour est l’occasion de fêtes et de cérémonies célébrant l'histoire du pays, son gouvernement et ses traditions. Se déroulent

notamment des feux d'artifice, des défilés (appelés « parades »), des barbecues, des pique-niques, des matchs de baseball,

etc.

bien que le soit une icône pour les Américains, certains clament que la date est arbitraire. Les indépendantistes

américains se sont battus contre les Britanniques dès . La première motion concernant l'indépendance a été faite le

au Congrès continental. Après de longs débats, le Congrès vota de façon unanime, mais secrètement,

l'indépendance vis-à-vis de la Grande-Bretagne le (la Lee Resolution), et désigna Thomas Jefferson pour écrire une

ébauche de déclaration. Le Congrès retravailla l'ébauche jusqu'à peu après 11 heures, le , quand treize colonies

votèrent pour son adoption (New York s'est abstenu des deux votes) et donnèrent une copie aux imprimeurs signée seulement

par John Hancock, le Président du Congrès, et le secrétaire Charles Thomson. Philadelphie célébra la Déclaration par des

lectures publiques et des feux de joie le . Les autres membres du Congrès n'ont pas signé avant le , mais ce fut

quand même gardé secret par peur de représailles britanniques.

Selon Thomas Jefferson, John Adams écrivit à sa femme Abigail le  :

« Le deuxième jour de sera le jour le plus mémorable de l'histoire des États-Unis. J'ai

tendance à croire que ce jour sera fêté par les générations à venir comme la grande fête

commémorative. Il mérite d’être célébré comme le jour de la délivrance, par des actes solennels de

dévotion à Dieu Tout-Puissant. Il mérite d’être célébré en grande pompe et avec des parades, avec

des spectacles, des jeux, du sport, des coups de feu, des cloches, des feux de joie, et des illuminations,

d’un bout à l’autre du continent, à partir de maintenant et pour toujours[1]. »

Les lecteurs modernes pensent comprendre par « illuminations », qu'Adams signifiait feux d'artifice. Il évoquait en réalité une tradition du XVIIIe qui invitait les familles à placer des bougies allumées à chaque fenêtre. Les feux d'artifice firent leur apparition lors des célébrations du tardivement dans le XIXe, sans doute notamment à cause de leur prix élevé. Au début du XXe siècle, les Américains célébraient le en tirant des coups de feu en l'air. Les villes possédant un canon l'utilisaient.

Certainement, le vote du était l'acte décisif. Mais le est la date où, comme édicté par le Congrès, les Philadelphiens entendirent pour la première fois des informations concrètes quant à l'indépendance, en opposition aux rumeurs qui couraient avant.

Observations

  • En 1777, 13 coups de canon furent tirés, une première fois le matin et une seconde à la tombée de la nuit, le
  • 4 juillet à Bristol. Philadelphie célébra l'anniversaire d'une manière que les Américains trouveraient familière : un
  • dîner officiel au Continental Congress, toasts, 13 tirs de fusils, des discours, des prières, de la musique, des
  • parades, une revue des troupes et des feux d'artifice.
  • En 1778, le Général George Washington marque le quatre juillet par une double ration de rhum pour ses soldats et
  • un tir d'artillerie. Les ambassadeurs John Adams et Benjamin Franklin organisent un dîner à Paris avec leur
  • « camarade » français.
  • En 1779, le 4 juillet tombe un dimanche. Le jour férié fut célébré un lundi 5 juillet.
  • En 1781, Massachusetts reconnaît le comme fête nationale.
  • En 1791, le terme d’Independence Day est utilisé pour la première fois.
  • En 1870, le Congrès fait du Jour de l’Indépendance un jour férié, quoiqu'impayé, pour les employés fédéraux[2].
  • En 1941, le Congrès change Independence Day en un jour férié fédéral rémunéré. Les résidents de Vicksburg
  • (Mississippi), célébrèrent la fête pour la première fois en 78 ans, grâce à la fin du Siège de Vicksburg avec la
  • victoire de l'Union durant la guerre de Sécession le .

Coutumes

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Feux d'artifice de New York sponsorisés (ou commandités) par Macy's.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Bande-annonce patriotique montrée dans les théâtres avant le .

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le jour de l'indépendance est un jour férié national marqué par des événements patriotiques. Les célébrations ont

souvent lieu en extérieur. En tant que jour férié au niveau fédéral, les institutions fédérales non nécessaires (comme les

services postaux) sont fermées. Beaucoup de politiciens profitent de ce jour pour apparaître en public et louer l'héritage

national, historique, la société, et les individus.

Les décorations utilisées sont généralement rouges, blanches ou bleues, pour rappeler le drapeau américain. Les parades

ont souvent lieu le matin, tandis que les feux d'artifice ont lieu le soir.

Les feux d'artifice sont souvent accompagnés par des chansons telles que The Star-Spangled Banner, God Bless America,

America the Beautiful, My Country, 'Tis of Thee, This Land Is Your Land, Stars and Stripes Forever, et, localement, Yankee

Doodle au nord-est et Dixie dans les États du sud. Certaines des paroles rappellent la guerre d'indépendance ou la

guerre de

1812.

Un coup de feu est tiré dans chaque base des États des États-Unis, appelé le « salute to the union » (en français : «

 salut à

l'Union »)[3].

Alors que les officiels observent toujours le , le niveau de participation varie en fonction du jour de la semaine sur

lequel tombe le 4. Si le jour férié tombe au milieu de la semaine, certains feux d'artifice ou certaines célébrations sont

reportés au week-end.

En France, l'ambassadeur des États-Unis se rend traditionnellement au cimetière de Picpus à Paris afin de rendre hommage

au marquis de Lafayette, cérémonie officielle à laquelle assistent également diverses autorités françaises[4].

Aspects environnementaux

Depuis un siècle environ, l'importance et le nombre des spectacles pyrotechniques augmentent (Selon l'APA (American

Pyrotechnics Association) en 2013 environ 14 000 feux d'artifice ont été tirés en une nuit ; soit 88 % de tous les feux

d'artifice de l'année aux États-Unis)[5]).

L'addition des gaz, nanoparticules, aérosols et fumées produites par chaque spectacle pyrotechnique conduit à une

forte

augmentation de la pollution de l'air dans une grande partie de l'Amérique du Nord au moment du Jour de

l'Indépendance

et les jours suivants[6],[7](en moyenne calculée sur plusieurs années à partir de 315 sites de mesures, la pollution

particulaire augmente de +42 % dans le pays (+ 370 % des PM2,5 près d'un feux d'artifice durant 24 heures)[8].

Un phénomène similaire a été constaté ailleurs lors de grandes fêtes telles que le nouvel an chinois ou chrétien, la

fête des

lanternes[9] (en Chine), la Fête nationale française (dizaines de milliers de sites de feux d'artifices), le Canada Day, le

Bonfire

Night au Royaume-Uni, la grande fête de Diwali en Inde[10].

Références

  1. Letter from John Adams to Abigail Adams, 3 juillet 1776. Adams Family Papers: An Electronic Archive.
  2. Massachusetts Historical Society. http://www.masshist.org/digitaladams/ [archive]
  3. « Fourth of July Celebrations Database » [archive] (consulté le 4 juin 2007).
  4. « Origin of the 21-Gun Salute » [archive], Centre de l’Histoire militaire de l'Armée de terre des États-Unis (consulté
  5. le
  6. 28 septembre 2009).
  7. Bernard Vincent, Louis XVI, page 144, Gallimard Folio Biographies, 2006
  8. (en) American Pyrotechnics Association [archive]
  9. Wang, Y., Hopke, P.K., Rattigan, O.V., 2012. https://link.springer.com/article/10.1007/s10661-011-2497-5
  10.  [archive]
  11. A new indicator of fi reworks emissions in Rochester, New York]. Environ. Monit. Assess. 184, 7293 – 7297.
  12. Dickerson, A. S., Benson, A. F., Buckley, B., & Chan, E. A. (2017). Concentrations of individual fine particulate
  13. matter components in the USA around July 4th. Air Quality, Atmosphere & Health, 10(3), 349-358.
  14. Seidel, D. J., & Birnbaum, A. N. (2015). Effects of Independence Day fireworks on atmospheric concentrations
  15. of
  16. fine particulate matter in the United States. Atmospheric Environment, 115, 192-198.
  17. Wang Y, Zhuang G.S, Xu C & An Z.S (2007) The air pollution caused by the burning of fireworks during the
  18. lantern
  19. festival in Beijing. Atmos. Environ. 41, 417–431

source : wikipedia

  1.  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 
 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 
 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



Tags: , , , , , , , , , , ,
Nouvel Hay Magazine sur Facebook Nouvel Hay Magazine sur Twitter Nouvel Hay Magazine sur Google+ Welcome to NHM TV !