samedi 11 juillet 2020 - 07:03 | Paris
ArmenianEnglishFrenchGermanItalianPortugueseRussianSpanish

Alphabet : qui a copié ? l’Arménien Mesrop Machdotz ou l’Ethiopien inconnu ?

Le 27/05/2020 | Par | Catégorie: ART & CULTURE



image_pdfimage_print
C'est l'Histoire de l'humanité : les influences ,les cultures, différentes & communes qui font la grande Histoire de l'humanité sur terre.
alphabets :   l'alphabet éthiopien   & l'alphabet arménien
2 pays l'Arménie et l'Ethiopie  : une Histoire , celle de l'humanité .
 
Il y a des pays où les Arméniens sont peu nombreux mais 
leur contribution au pays d'accueil est notable.
L'Ethiopie est l'un de ces pays avec lequel l'Arménie  a des
liens historiques et spirituels de longue date.
 
A une époque la communauté armenienne comptait quelques milliers d'âmes et un de ses membres , Georges Nalbantian a composé l'hymne impérial qui a perduré après la chute de l'Empire, en 1974, sous la junte militaire jusqu'en 1992.

 

 

 

 
Georges Nalbantian, né à Aintep (Gaziantep au sud-est de la Turquie) 
reçoit une éducation musicale à Costantinople sous la 
direction du compositeur Gomidas (Komitas en arménien occidental, ndlr) et mérite les "Palmes
Académiques" du gouvernement francais en 1919.
 
Ayant déménagé à  Jerusalem il forme la chorale et l'orchestre  
avec les orphelins du Patriarcat arménien.
 
Lors d'une visite dans cette ville, l'Empreur Hailé-Selacié
d'Ethiopie ravi par la performance des orphelins demande
au Patriarche d'adopter des jeunes auxquels il promet une
bonne éducation et un  bon avenir.
 
Et les jeunes partent à Adis-Abeba en compagnie de l'Empereur et de Georges Nalbantian.
 
Peu de temps après, un Orchestre impérial est formé par les
orphelins sous la direction de Nalbantian qui par la suite
composera l'hymne impérial éthiopien.
 
Zaven Gudsuz
 
zaven471@hotmail.com
 
—————————————————————————————————————————–

Vartkes Yeghiayan est né à Addis-Abeba en Éthiopie au sein d'une famille arménienne aisée. Son père, Boghos Yeghiayan, originaire d'Isparta, est le seul de sa famille à survivre au génocide des Arméniens par les Turcs2. Il est recueilli par des nomades dans le désert, et parvient à rejoindre l'orphelinat arménien à Alep en Syrie. Il rejoint ensuite Constantinople où il fait ses études secondaires au Robert's College. Il s'installe en Éthiopie et travaille comme comptable dans la société d'import-export Terzian. Il épouse la fille d'une famille locale, Aroussiag Terzian. Ils ont trois enfants : Tigran, Vartkes et Edi, qui étudient dans des écoles américaines à Chypre, puis émigrent aux États-Unis.

Vartkes Yeghiayan commence des études de médecine à Berkeley, puis se réoriente en histoire, et explore l'aventure de sa famille, puis celle des Arméniens, l'impact du génocide. Il ne prend toute la dimension de la tragédie que lors des funérailles de son père. À Berkeley, il fonde avec des amis l'Association des étudiants arméniens et organise la fondation de la chaire pour les études arméniennes. Il étudie à la faculté de droit de Hastings, puis à la faculté de droit Lincoln.

Après son diplôme, il rejoint l'organisation California Rural Legal Assistance2 et passe rapidement du statut d'avocat-junior à celui de directeur pour la Californie du Nord.

Grâce à son expérience et à son expertise dans les domaines juridique et politique, le président Nixon le nomme directeur-adjoint du Peace Corps, où il supervise l'action de 7 000 volontaires dans 68 pays. Il conserve le poste sous les administrations Ford et Carter.

Un jour, alors qu'il lit les mémoires d'Henry Morgenthau, ambassadeur américain auprès de la Sublime Porte de 1913 à 1916, un passage retient son attention ; Talaat, l'homme considéré comme le principal responsable du génocide3, y demande à Morgenthau de lui livrer les noms des assurés arméniens de la New York Life Insurance Company : « Puisqu'ils sont morts, » dit Talaat, « les primes reviennent à l'État turc ». Indigné, Morgenthau refuse et sort.

En 2004, Vartkes Yeghiayan parvient à conclure avec New York Life Insurance Company une indemnisation de 20 millions de dollars pour les héritiers des Arméniens qui avaient souscrit une assurance-vie et qui ont disparu dans le génocide4. En 2005, il obtient avec les avocats Mark Geragos et Brian Kabateck d'AXA (qui a racheté l'Union-Vie devenu UAP) 17,5 millions de dollars ; ils conduisent ensuite ensemble une procédure contre la Deutsche Bank5.

Vartkes Yeghiayan parcourt le monde, et donne des conférences sur les ramifications légales de ces class actions.

 

source : wikipedia

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 
 
 
 
 
 
 
 
 


Tags: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,
Nouvel Hay Magazine sur Facebook Nouvel Hay Magazine sur Twitter Nouvel Hay Magazine sur Google+ Welcome to NHM TV !