Ressusciter un jour ? Alcor conserve les corps dans de l’azote liquide

      L'Alcor Life Extension Foundation, ou plus simplement Alcor, est une organisation américaine à but non lucratif basée à Scottsdale, Arizona, aux États-Unis. Alcor défend, recherche et pratique la cryogénisation, c'est-à-dire la congélation de corps et de cerveaux humains dans de l'azote liquide après la mort, dans l'espoir de les ressusciter au cas où une technologie qui le permettrait était développée dans le futur1. La cryogénie est considérée avec scepticisme par la communauté scientifique dominante et a parfois été qualifiée de charlatanisme et de pseudoscience2,3. Au 31 août 2019, Alcor comptait 1 731 membres, dont 172 sont morts et dont les cadavres ont été…

Lire la suite

Avec David LISNARD

Suite à la commémoration à CANNES, en coopération avec l'Union des Arméniens de Cannes et de ses Environs, ce lundi 24 avril, présidée par David LISNARD, Maire de CANNES et Président de l'Association des Maires de FRANCE, accompagné de la députée des Alpes-Maritimes Alexandra MARTIN, de nombreux élus du Conseil municipal cannois, d'élus des communes de Mouans-Sartoux et de Mandelieu,.   Le discours sans langue de bois de David LISNARD, dont la parole est respectée dans l'univers médiatico-politique, comme le travail parlementaire de fond accompli par la députée Alexandra MARTIN…

Lire la suite

Ordu puis Antelias

  Les orphelins arméniens de l'orphelinat d'Antélias (Liban) pêchent depuis un pont enjambant la rivière Faouar.     Collection Samuel Antranigian |: Beyrouth |: APD : Samuel Antranigian/Djallatian est né dans la région d'Ordu. Pendant les années du génocide arménien, lui et sa famille ont été déportés. Il a rapidement perdu toute trace de ses proches, mais a survécu et a ensuite été accepté dans des orphelinats américains qui ont hébergé des orphelins arméniens. Dans les années 1920, Samuel vit à l'orphelinat américain d'Antelias (Liban), où il a la réputation d'être…

Lire la suite

Copier un article pour le mettre en ligne

Il n’est pas permis de copier un article du journal pour le reproduire en ligne. C’est du vol et c’est réprimé par la loi. En terme technique, il s’agit d’une infraction au code de la propriété intellectuelle, dès lors que celui qui a produit le contenu dupliqué n’en a pas cédé les droits. A l’heure de l’information gratuite en temps réel, les nouvelles sont une matière qui coule à profusion. C’est pourtant une denrée qu’il a fallu collecter, traiter et mettre en forme. Ce qui coûte cher. En droit français, il existe, vis-à-vis du droit de copie, " l’exception de courte citation". Prévue par…

Lire la suite