samedi 15 décembre 2018 - 15:14 | Paris
ArmenianEnglishFrenchGermanItalianPortugueseRussianSpanish

Briser le silence : Objectif No Violence

Le 27/11/2018 | Par | Catégorie: SOCIÉTÉ



image_pdfimage_print

          Foto di Michele Simolo

Dimanche 25 novembre, c'était une de ces journées "contre" quelque chose… Triste rendez-vous des violences quotidiennes faites aux femmes. Qui jamais ne semble devoir s’interrompre.

Les statistiques en France e en Italie

En France tous les trois jours, une femme meurt sous les coups de son conjont; toutes les sept minutes, une autre subit un viol ; tous les ans, 200 000 sont victimes de violences physiques et sexuelles.
Le thème de la violence sur les femmes est particulièrement sensible en France comme en Italie e persiste dans le planète. Les statistiques en Italie 31,5% des 16-70 ans (6 millions 788 000) subissent tout au long de leur vie un viol physique ou sexuelle: la est de 20,2% (4 milión) 353 000) ont subi des violences physiques, 21% (4 millions 520 000) de violences sexuelles, 5,4% (1 million 157 000) de formes graves et de violence sexuelle est arrivée à la maison (652 milas) . Une femme sur cinq subira un viol au cours de sa vie. Les féminicides sont inacceptables et ne reculent pas puisque la société ne parvient pas à répondre à ce douloureux et tragique problème.« Après la violence physique, vient une autre forme – la violence économique. Cela dissuade les femmes à porter plainte. Entièrement dépendantes de leurs compagnons, elles perdraient ainsi tout moyen de subsistance »
Il ya aussi beaoucoup d’agressions physiques : donner des gifles, des coups avec ou sans objet contondant, menacer avec une arme, tenter d’étrangler ou de tuer, exercer d’autres brutalités physiques ; plus, enfermer ou empêcher de sortir, abandonner sur la route (en voiture), empêcher de rentrer chez soi, pour le conjoint.

Projet No violence

 

Beaucoup d’eaux vivent en silence. Aucune femme ne mérite de vivre dans la peur. Si  la parole se libère peu à peu sur le sujet dans les médias, il est très difficile de l’illustrer en photographie. «  C’est pourquoi j’ai eu envie de travailler sur ce sujet si incommensurable et malheureusement universel. A reconté le photographe italien Michele Simolo qui depuis sept années a immortalise des femmes victimes de différents abus pour dénoncer les violences e est l’ideateur d’un projet No Viiolance

 

                 Festa du Cunèma de  Rome 2018 

Pendent le dernière Festival du Rome a expliqué la grande force des femmes dans la lutte contre la violence. Cette force a été exprimé dans une danse intense et viscérale. Pendant le ballet a été présenté un ensemble de photographies intenses, d’actrices et de femmes du monde du spectacle qui ont donné leur visage de manière libre pour donner un message fort de solidarité contre le problème. Son travail documentaire a été réuni dans un video et nombreuses pothographies.

Sa thématique sur les violences faites aux femmes a donne la voix a qui n’avais pas la force de parler. Avec des visages au regard désespéré, ce photographa autodiaille, parfois sensibles, mais toujpur fortes e déreangeantes, a pour obiectif de montrer la dolour phisique ou moral qui anéanti la femme.
Et aussi de reconter la postviolence.
Il ya aussi de photos très interessants de corps sublimés, pour dénoncer les violences psychologiques faites à des femmes, qui posent pour se reconstruire.

 Le projet veut rendre hommage à la dignité et à la force que ces femmes ont eu en elles pour reconquérir leur liberté, pas à pas. Des corps féminins parfaits, mis en valeur par des lumières douces et un travail photo très soigné. la souffrance ne s’arrête pas une fois que l’abus s’arrête..Il ya aussi l’éspoir d’une nouvelle vie comme nous  a raconré Lucy Scipioni  une victime de violence. Lucy abandonée de son père,  rencontrera  un homme agressif.e après la force de reagir e de tourner la page.

 



Tags:
Nouvel Hay Magazine sur Facebook Nouvel Hay Magazine sur Twitter Nouvel Hay Magazine sur Google+ Welcome to NHM TV !